Sélectionner une page
Canva : l’outil parfait pour créer vos visuels

Canva : l’outil parfait pour créer vos visuels

Pour animer vos réseaux sociaux, le visuel, c’est la base ! Une belle image rendra votre contenu plus impactant, plus visible dans les fils d’actualité et donc… Plus engageant ! Que ce soit pour annoncer une nouvelle offre, un événement, du lifestyle ou tout simplement une citation qui vous inspire, l’utilisation d’un visuel reprenant votre charte graphique est primordiale pour un joli rendu. Et nul besoin d’être un professionnel sur Photoshop ! De nombreux outils gratuits et faciles d’utilisation sont désormais disponibles, et c’est justement le cas de Canva qui fait partie de notre liste des must have.

Pourquoi Canva c’est cool ?

Un des premiers avantages de Canva, c’est qu’il est disponible en ligne : aucune installation n’est nécessaire. Rendez-vous sur Canva et préférez l’option d’inscription via une adresse e-mail (toujours plus sécurisé que de lier à un réseau social). Une fois sur votre page d’accueil, vous pouvez démarrer en cliquant sur le bouton vert en haut à gauche « Créer un design ».

La force de Canva réside dans sa bibliothèque de templates (= modèles) qu’il met à votre disposition et qui est régulièrement mise à jour.

En arrivant sur la page d’accueil, vous trouverez toutes les catégories dans lesquelles vous pouvez piocher pour trouver le document que vous voulez créer. Et vous avez le choix : post sur les réseaux sociaux, photos de couverture, vidéo, support papier, présentation… Une fois la catégorie sélectionnée, vous n’avez plus qu’à choisir le document sur lequel vous voulez travailler.

Et vous n’avez rien remarqué ? Fini la terrible question des dimensions, Canva vous les donne déjà !

Créez votre premier visuel sur Canva

Le mieux pour tester l’outil, c’est encore de vous montrer comment démarrer !

Une fois que vous avez choisi le format qui vous intéresse (ici ce sera une publication Instagram, disponible dans la rubrique « Réseaux sociaux »), vous arrivez sur votre espace de travail.

Deux options s’offrent à vous :

  • Vous pouvez partir d’un template existant et le personnaliser en ajoutant une image, un logo, en modifiant les couleurs, le texte, etc.
  • Si vous êtes vraiment chaud, vous pouvez aussi créer votre propre design !

Si vous êtes de la team ‘1ère option’, vous pouvez piocher dans les templates qui vous sont proposés tout de suite à gauche. A noter que vous avez accès à un large panel de template gratuits et payants (signalés par une petite couronne – et dont vous pouvez diposer en souscrivant la version payante de l’outil).

Si vous êtes un.e warrior, il ne vous reste plus qu’à utiliser les outils proposés tout à gauche de votre écran.

Comment ça marche ?

La prise en main est assez intuitive, tout fonctionne avec un système de « drag and drop ». Il vous suffit de faire « glisser » les différents éléments dont vous avez besoin sur votre design. Passons en revue ceux dont vous disposez :

  • Importer : pour importer des éléments directement depuis votre pc ;
  • Photos : vous avez là un large choix de photographies que vous pouvez dénicher à l’aide du moteur de recherche de l’outil ;
  • Éléments : photos, icônes, grilles, cadres, illustrations, formes, graphiques dont vous pouvez changer la couleur, la taille et l’inclinaison ;
  • Textes : un grand nombre de polices, manuscrites, bâtons, avec ou sans fond ;
  • Audio : des sons à iontégrer dans vos vidéos ;
  • Vidéos : pour animer vos contenus.

Voici le résultat pour notre visuel !

Vous noterez qu’au dessus de l’espace de travail, vous avez une barre d’outils à disposition qui vous permet d’ajuster les éléments sur lesquels vous travaillez.

Sauvegardez, exportez et partagez !

Ça y est ! Alors, vous voyez que ce n’était pas si compliqué 😉

Une fois votre design terminé, vous avez le choix :

  • de le télécharger sur votre ordinateur au format .png (ou autre d’ailleurs) en cliquant sur le bouton « Télécharger » en haut à droite ;
  • de le partager avec un membre de votre équipe (à définir depuis la page d’accueil), qui pourra le consulter voire le modifier selon l’autorisation que vous lui donnerez.

A noter que vous n’avez pas besoin d’enregistrer régulièrement votre travail : Canva s’en charge pour vous (et ça, c’est balaise !).

Pour finir : galère de retrouver un design que vous avez créé ? Pas de panique, vous retrouverez tout depuis la page d’accueil, dans l’onglet « Tous mes designs » ou « Partagés avec vous ».

Notre tip : une fois que vous avez réalisé vos différents templates, il vous suffira pour les prochaines fois de retourner dessus et simplement les modifier une nouvelle version… Gain de temps assuré !

Et voilà, à vous de jouer ! 😉

La fonctionnalité sauvegarde d’Instagram, la vie !

La fonctionnalité sauvegarde d’Instagram, la vie !

Lancée depuis 2016, la fonctionnalité « sauvegarde » d’Instagram a tout de suite séduit les utilisateurs de la plateforme. Côté marques, l’outil n’est en revanche pas toujours exploité à la hauteur de son potentiel… Et c’est bien dommage, puisqu’il est non seulement une mine d’or pour  votre veille, mais qu’il pourrait aussi devenir très bientôt l’indicateur n°1 de l’engagement de vos fans !

Des sauvegardes et des collections pour votre veille, on dit OUI !

Ce qui est cool avec les sauvegardes sur Instagram, c’est qu’elles vont vous permettre de réaliser tous types de veilles : 

Que font les autres ?

Les premiers contenus que l’on va zieuter lors d’une veille, c’est ce que font les concurrents (et nul besoin de s’abonner à leur compte !). Vous pourrez donc sauvegarder tout ce qui retient votre attention : une campagne spécifique, un partenariat influenceur, une scénographie de produits, un wording qui claque, bref tout ce qui vous inspire !

Surveiller les campagnes sponsorisées

Si on apprécie vraiment les sauvegardes Instagram, c’est aussi parce qu’elles nous permettent de mettre de côté des campagnes sponsorisées… Même lorsque celles-ci ne sont plus actives ! Lorsque vous aurez à élaborer votre prochaine campagne, vous pourrez donc vous inspirer du wording, du call to action, du format utilisé (vidéo, post album…), de la mécanique du concours si c’en est un…

👉 TIPS : pour enregistrer un contenu, cliquez sur l’icône en forme de bannière à droite des autres boutons d’action (j’aime, commentaire, partage).

👉 TIPS : pour retrouver vos sauvegardes, retournez sur votre feed, et cliquez sur la même icône « enregistrements ».

Mettez de côté les UGC

Vous recherchez du contenu utilisateur ? Sauvegardez-le dès que vous en trouvez un : cela vous évitera de longues heures de recherches par # ou par suggestions de comptes.

Créez des collections d’inspiration
En plus des sauvegardes, vous aurez aussi la possibilité de les ranger par collection (coucou Pinterest 👋). Tout comme Pinterest donc, vous pourrez retrouver tous les posts sauvegardés à l’endroit où vous les aurez rangés (en fonction des comptes, des tendances, des inspirations), facilitant grandement votre recherche.

La sauvegarde, le nouveau like ? 

En tant que marque, la sauvegarde Instagram ne vous sera pas utile que pour l’élaboration de vos contenus. Non, la sauvegarde, c’est aussi de l’or en barre pour… Mesurer l’engagement de vos followers !

👉 A l’heure actuelle, la sauvegarde est un très bon moyen pour vous de repérer les contenus qui fonctionnent (et entre nous, c’est plus engageant de sauvegarder un contenu pour l’avoir à portée de main n’importe quand, que de double-taper machinalement pour liker).

👉 A plus ou moins long terme, la sauvegarde pourrait bien remplacer le traditionnel like : alors qu’Instagram a déjà testé dans plusieurs pays la suppression des likes, il n’est pas exclu que la sauvegarde deviennent LA métrique à suivre ! 

Alors prêt.es à intégrer les sauvegardes Instagram dans vos reportings ?

Photo by Georgia de Lotz ; Karsten Winegeart

Sources :
Collections Instagram : pourquoi et comment les utiliser ?

4 chiffres à retenir sur les réseaux sociaux et les jeunes (2021)

4 chiffres à retenir sur les réseaux sociaux et les jeunes (2021)

La dernière étude de Diplomeo sur les jeunes et les réseaux sociaux est sortie le mois dernier. Une enquête menée auprès de plus de 4 mille jeunes de 16 à 25 ans, sur leur utilisation quotidienne des réseaux sociaux. Evidemment, on ne pouvait pas passer à côté ! Retour sur les 4 grandes tendances qui ont retenu notre attention.

1. Instagram reste la référence

Commençons par la plateforme qui demeure, cette année encore, en haut du podium des réseaux sociaux les plus utilisés par les jeunes. Tendances, mode, food, voyages, Instagram est en effet utilisé par 82% de jeunes interrogés dans l’étude (contre 64%en 2017).

Sur fond de belles photos et de vidéos dynamiques, Instagram est bel et bien la plateforme préférée (et la plus addictive !) de la génération Z, qui l’utilise à de nombreuses fins : passer le temps, s’informer, échanger, partager…

Il est donc devenu indispensable aujourd’hui de penser un plan d’action et une stragie sur Instagram pour votre communication digitale, surtout si votre cible est jeune.

2. Tiktok, le grand gagnant de 2020

S’il y a bien une plateforme à qui le confinement de 2020 a réussi, c’est TikTok ! Et pour cause : alors que l’année dernière seulement 10% des jeunes interrogés disaient utiliser Tiktok en 2019, ils étaient 38% l’année dernière… Et il y a fort à parier que l’ascension ne s’arrêtera pas là !

Même si les filles sont plus présentes sur l’application (46% contre 30% de garçons), c’est surtout du côté de l’âge que la différence se fait le plus ressentir : 57% des 16-18 ans y sont présents contre 26% des 20-25 ans !

Votre coeur de cible vise les 16-20 ans ? Alors oui, Tiktok pourrait bien être une plateforme stratégique à adopter pour votre communication digitale !

 

3. Facebook devient old school

Alors que 93% des jeunes de 16 à 25 ans étaient présents sur Facebook en 2017, ils n’étaient plus que 54% l’année dernière (en passant à 67% en 2018 et 61% en 2019) ! Notons d’ailleurs que 10% des interrogés ont supprimé leur compte de la plateforme en 2020, bien souvent soit par manque d’intérêt pour les contenus trouvés, soit parce qu’ils n’y sont plus présents.

Comme Tiktok, on observe là aussi une différence entre les générations. En effet :

  • 72% des 16-18 ans n’utilisent tout simplement pas Facebook
  • 68% des 20-25 ans y sont encore présents.

Ces informations sont à prendre en compte si vous touchez une cible jeune. Facebook est-il encore un réseau suffisamment pertinent pour votre communication digitale ?

4. Les réseaux sociaux pour se divertir, mais pas que !

La grande majorité de la génération Z est donc présente sur une moins une plateforme sociale et la tendance ne semble pas prête de s’inverser. L’étude de Diplomeo s’est également penchée sur l’utilisation des réseaux sociaux par les jeunes.

Le divertissement et le loisir est effectivement le premier motif d’utilisation :

  • 85% des jeunes utilisent les réseaux sociaux pour discuter avec leurs amis
  • 74% pour passer le temps
  • 58% pour se détendre.

On constate également que les plateformes sociales sont utilisées à bien d’autres fins :

  • 73% des jeunes s’informent directement sur les réseaux sociaux (Instagram en tête, suivi de Twitter)
  • 36% s’en servent pour travailler (Instagram et Linkedin étant les plateformes les plus plébiscitées)
  • 16% y voient une possibilité de débattre sur des sujets
  • 15% les utilisent pour stalker (la base tout de même 😉).

Notons enfin que l’utilisation première des réseaux sociaux pour les jeunes étant d’échanger avec leurs proches, ils ont là aussi leurs applis de prédilection :

  • Whatsapp : 63% des jeunes l’utilisent
  • Messenger : 54%
  • Snapchat : 53%.

Alors, quel est votre plan d’action sur les réseaux sociaux cette année ? Et comment allez vous l’adapter à votre cible ?

Retrouvez l’étude complète de Diplomeo par ici et l’infographie par là.

Photo by Josh Rose ; Gian Cescon ;

Blog : les points à checker avant de publier

Blog : les points à checker avant de publier

Écrire un article de blog, c’est comme faire un sandwich : n’importe qui peut le faire, mais si vous voulez qu’il soit mémorable, il va falloir y consacrer un peu d’efforts ! Même si tout ce dont vous avez besoin pour un article de blog, c’est un bouquet de mots, vous risquez de laisser de côté les ingrédients qui vont lui donner toute sa saveur.

C’est pourquoi une checklist en quelques points avant de publier peut permettre à votre article de récolter plus de clics, plus de partages et plus de commentaires, ce qui valorisera d’autant plus votre travail !

Quels sont les must-have pour un article qui déchire ? Voici les points à côté desquels vous ne pouvez pas vous permettre de passer !

Des visuels qui attirent l’œil

Commençons par le plus élémentaire.

Les images mettent en valeur votre article. Elles aèrent le texte et éliminent les pages de mots sans fin qui peuvent décourager votre lecteur d’aller plus loin.

Encore mieux, les images n’affecte pas seulement la lisibilité de votre article : non seulement elles sont bonnes pour votre référencement naturel (pensez à bien renseigner les textes alternatifs !), mais elles peuvent aussi influencer le nombre de partage de votre bébé !

Cette étude de BuzzSumo par exemple, explique que les articles avec un certain ratio image/texte obtiennent deux fois plus de partages que ceux qui n’avaient pas autant de visuels. Oui, oui.

L’importance des images est aussi valable pour vos posts sur les réseaux sociaux : un post avec une image (ou mieux, une vidéo !) enregistrera des taux d’interaction bien plus élevés que des posts non-illustrés.

Image, vidéos donc, mais vous avez aussi la possibilité de publier des posts directement dans vos articles en copiant/collant simplement quelques lignes de code. Démonstration :

 C’est la partie facile, cependant. Quels sont les autres points faciles à ajouter à vos articles de blog ?

L’usine à titres

N’écrivez pas un titre pour votre prochain article. Écrivez-en plusieurs !

Bien plus qu’un exercice créatif, c’est ce qu’il vous faudra pour trouver LE titre idéal votre article. Pourquoi c’est si important ? Parce que c’est en grande partie votre titre qui va générer des visites sur votre contenu. A ne pas négliger donc !

happy blogger

Si vous voulez un titre qui va attirer l’attention des gens, observez, testez et apprenez ! Ce qui fait un bon titre aujourd’hui ne fera pas un bon titre demain. Pour l’heure, les titres « chiffrés » ( par exemple : 5 conseils pour écrire un article qui claque) font leurs preuves.
Il existe aussi les titres dits « putaclic » et qui portent bien leur nom puisque l’objectif est de survendre le contenu de l’article en attisant au maximum la curiosité du lecteur. Après tout, qui n’a jamais cliqué sur un article du style « Les 10 opérations de chirurgie esthétique faites par Kim K, le 4ème va vous surprendre ! ».

Enfin, gardez une trace des articles qui les plus populaires (ou les moins populaires d’ailleurs) sur la durée, vous pourrez peut-être en tirer des conclusions pour vos titres.

Et en parlant de titres…

Meta description et autres

Passons aux choses sérieuses !

Vous l’aurez sans doute remarqué, lorsque vous partagez des articles sur vos réseaux sociaux, vous obtenez ceci. Vous le voyez là ? Ce petit texte de description sous le titre de l’article ? Figurez-vous que vous pouvez le personnaliser (et on vous le conseille vivement d’ailleurs) !

Facebook link preview

Si vous ne personnalisez pas le texte pour vos propres prévisualisations vous passez à côté d’une opportunité de rendre ce que vous partagez plus attractif !

Éditer le titre et la description qui apparaissent dans vos prévisualisations vous donne un peu d’espace supplémentaire pour convaincre quelqu’un de cliquer (encore une bonne raison d’affûter votre plume pour l’écriture de titres, n’est ce pas 😉 ).

Nous avons donc vu les choses que vous pouvez faire sur l’article. Voyons maintenant ce que vous pouvez faire avec l’article?

Planifier la distribution et la promotion

Avant de publier votre prochain article, réfléchissez à la manière dont vous allez le relayer (oui, parce qu’il FAUT le relayer).

Le partager une seule fois et uniformément sur chacun de vos réseaux sociaux, sans trop les dissocier sur le fond et la forme, ne vous apportera pas le trafic que vous souhaitez.

Voici donc quelques conseils :

  • Variez les messages : si vous publiez votre article sur différentes plateformes, adaptez votre wording selon ces dernières : plus fun sur Instagram, plus court sur Twitter, plus formel sur Linkedin, etc.
  • Variez les formats : rien n’empêche de relayer votre article sur une même plateforme mais avec des formats différents. Si l’on reprend l’exemple donné plus haut « 5 conseils pour écrire un article qui claque« , vous pouvez tout à fait :
    >> Lancer un post ‘classique’ qui décrit l’article + relaye simplement le lien
    >> Le décliner en 5 posts qui reprennent individuellement les 5 conseils donnés dans l’article, avec une illustration sympa + le lien vers l’article
    >> Lancer un post ‘sondage’ qui demande à vos abonnés leurs astuces pour rédiger leurs contenus + un lien vers votre l’article pour leur donner les vôtres.

Boostez vos articles de blogConseil : à disséminer au fil des semaines parmi d’autres contenus pour ne pas trop tourner en boucle non plus !

Avec ces tactiques en place, vous êtes prêts non seulement à publier un article, mais aussi de vous assurer qu’il sera vu par la large audience qu’il mérite!

Laissiez-vous quoi que ce soit de côté ?

Alors ? Y a-t-il des choses qui manquaient dans votre stratégie de blogging?

Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous et commencez à réfléchir à votre prochain article !

Photo by Anete Lūsiņa on Unsplash

À l’aide ! Il ne se passe rien sur ma page Facebook…

À l’aide ! Il ne se passe rien sur ma page Facebook…

« Houston, nous avons un problème : notre page Facebook fait le mort. » Un nombre d’abonnés qui ne décolle pas ?  Des posts qui ne comptent pas le moindre petit like ? Effectivement, il y a un souci. Mais peut-être pas si complexe que cela à résoudre : il suffit de vous poser les bonnes questions !

Est-ce pertinent pour vous d’avoir une page Facebook ?

Première question à vous poser, et non des moindres, avez-vous vraiment un intérêt à vous trouver sur Facebook ? Alors certes, en matière de réseaux sociaux, c’est la base, mais ce n’est pas une raison en soi. Afficher votre marque ou votre activité sur les réseaux sociaux relève d’une stratégie de communication que vous devez définir pour ne pas partir dans tous les sens. Et lorsque vous définissez cette stratégie, l’une des premières questions à se poser c’est : « à qui je m’adresse et par quel canal je le fais ? »

En clair, être sur Facebook pour dire d’y être, c’est contreproductif. Peut-être que la plateforme n’est tout simplement pas adaptée à votre cible et que vous perdez du temps et des efforts inutilement, au détriment d’un canal qui pourrait s’avérer beaucoup plus efficace pour vous !

Est-ce que vous ne prenez pas tout ça trop au sérieux ?

Prenons un peu de recul : pourquoi les gens se rendent-ils sur Facebook ? Bien souvent, pour faire un break et passer le temps durant sa journée ou le soir en rentrant. Vous vous doutez bien que ce qu’ils cherchent à ce moment là, c’est de la distraction, de la légèreté.

inspirer les gens sur facebook

En tant que marque, vous pensez qu’il est nécessaire de publier du contenu professionnel et d’éviter les tons/messages inappropriés. Alors oui, mais non. Contrairement à Linkedin, plateforme résolument tournée vers les professionnels, Facebook touche le grand public, vous pouvez donc (et devez) vous permettre du contenu plus léger.

Attention, ne nous faites pas dire ce que nous n’avons pas dit : la communication digitale, c’est du sérieux. Mais publier du contenu fun ça se réfléchit, et plus que ça : c’est stratégique !

Est-ce que vous publiez assez de contenus sur votre page Facebook ?

L’un des secrets pour un algorithme Facebook qui vous soit favorable c’est la régularité. Premier conseil : on essaye de publier un peu plus qu’une fois tous les 36 du mois. Deuxième conseil : on oublie la stratégie du « je bombarde de 4 posts par jour pendant une semaine parce que j’ai le temps et après silence radio pendant 2 mois ».

L’idée c’est d’étaler vos posts sur la durée pour avoir suffisamment de contenus (idéalement 2 posts par semaine), sans pour autant tomber en rupture de stock.

calendrier éditorial pour votre page facebook

Est-ce que vous ne parleriez pas un trop de vous ?

Dernière erreur souvent commise par les marques sur les réseaux sociaux : le trop d’auto promotion. Déjà, rappelez vous de ce que nous avons vu en 2ème point : les gens se rendent sur Facebook pour se détendre et pour se changer les idées. Ils n’ont pas envie de ne voir les posts interminables d’une entreprise qui ne parle que d’elle. Par ailleurs, prenez le temps d’imaginer la multitude de marques présentes sur la plateforme. Et d’imaginer toutes celles qui ne parlent que d’elles… Quel manque d’originalité !

rendre sa page facebook professionnelle attractive

C’est le moment de vous différencier et de miser sur du contenu à valeur ajoutée (toujours en lien avec votre secteur/marché évidemment). Demandez-vous à vous-même ce que vous avez envie de voir/de lire/d’écouter en vous rendant sur Facebook : un article de blog sur une tendance récente ? Un podcast inspirant ? Une belle photo qui vous inspire en ce lundi matin ? Une vidéo ? Bref, le champ d’action est large ! Alors à vous de faire jouer votre créativité !

 

Photo by Glen Carrie ; Windows on Unsplash