Sélectionner une page
Comment utiliser les réseaux sociaux pour valider votre idée de e-business

Comment utiliser les réseaux sociaux pour valider votre idée de e-business

Vous avez une excellente idée pour un produit numérique. Si vous pouviez le développer et le commercialiser de la bonne manière, vous savez qu’il pourrait changer beaucoup de vies (et surtout la vôtre).

Cependant, vous n’avez pas des milliers d’euros ou des mois de temps libre à consacrer à une étude de marché. Alors comment valider votre idée de produit sans vous ruiner ?

Facile : utilisez les réseaux sociaux.

En seulement quatre étapes, vous pouvez valider votre idée de produit, l’adapter aux préférences de vos client∙es et vous mettre sur la voie de la création d’un produit, n’ayons pas peur des mots,… irrésistible !

Étape n° 1 : réaliser une étude de marché sur les réseaux sociaux

Avant de créer votre produit ou service digital, réalisez une étude de marché pour en savoir plus sur votre public cible et ses préférences.

L’une des façons les plus simples de réaliser une étude de marché est de trouver où votre clientèle idéale est active en ligne et d’interagir avec elle.

Notez qu’on ne vous dit pas d’aller sur toutes les plateformes à la mode.

Allez plutôt là où votre public est le plus actif et participez à des conversations avec ces communautés.

Si vous envisagez de vendre des cours en ligne sur le maquillage et la beauté, par exemple, vous trouverez probablement plus d’opportunités de conversations sur Instagram, YouTube et Reddit, tandis que Twitch peut être mieux si vous vendez quelque chose lié aux jeux vidéos.

Une fois que vous avez déterminé où vous allez mener votre étude de marché, l’étape suivante consiste à réfléchir à comment vous allez collecter les informations ; une combinaison de collecte de données et d’entretiens avec votre cible potentielle donne généralement les meilleurs résultats.

Par exemple, vous pouvez rejoindre des communautés en ligne sur Reddit ou Facebook pour voir quel type de questions votre public se pose, proposer des réponses et poser quelques questions à votre tour.

Ou, comme Sue B. Zimmerman, spécialiste d’Instagram, vous pourriez utiliser des sondages dans les stories pour interroger vos clients.

Parmi les autres sources possibles, n’oubliez pas les commentaires des clients sur vos concurrents. Ils peuvent être une mine d’informations sur les préférences de votre cible et sur la manière dont vos concurrents répondent à ces préférences.

Vous pouvez également utiliser l’historique des publications des personnes qui ont laissé un commentaire pour comprendre le type de marques avec lesquelles elles ont interagi dans le passé et comment votre idée de produit se mesure à leurs préférences.

La marque de produits de beauté Glossier, par exemple, a eu l’idée de son Milky Jelly Cleanser après avoir remarqué que les internautes n’incluaient pas de nettoyant dans leurs « shelfies » (photos de produits de beauté dans les placards de leur salle de bains).

Enfin, ne négligez pas l’étape d’une conversation avec vos futur∙es client∙es en face à face, même en visio, afin d’obtenir des commentaires plus ciblés.

Une fois que vous avez défini vos plateformes et que votre étude de marché est en cours, il est temps d’entrer dans le vif du sujet et de passer du statut d’observateur à celui de participant actif.

Étape 2 : Soyez actif∙ves sur les réseaux sociaux et renforcez la confiance dans votre marque.

Pour gagner la confiance et la fidélité de vos futurs fans et, au bout du compte, leurs achats et leurs recommandations, soyez actif sur les réseaux sociaux.

72 % des consommateurs sont susceptibles de recommander une entreprise s’ils ont eu une expérience positive avec cette marque sur les réseaux sociaux, il y a donc peu d’inconvénients à engager avec votre public.

Attentions à ne pas être trop promotionnel. Vous pouvez suivre la règle des 80/20 : 80 % de vos messages doivent être informatifs ou divertissants et 20 % peuvent être plus vendeurs.

Pour aller plus loin sur comment composer ces posts, consultez cet article sur les messages dignes d’être cliqués, pour vous inspirer.

Sinon, prêtez attention aux messages qui obtiennent le plus d’engagement, de partages et de commentaires, car ils constituent un bon indicateur du type de problèmes auxquels votre public est confronté.

Bien qu’il faille attendre quelques semaines avant de constater une réelle augmentation des visites sur votre site et du nombre d’abonnés, l’interaction avec ces derniers peut s’avérer payante.

Ne vous inquiétez pas si votre nombre d’abonnés reste plutôt modeste : les petites audiences ont leur importance, surtout pour les marques en pleine croissance.

Après avoir passé du temps à construire votre réputation, vous pouvez commencer à poser des questions liées plus spécifiquement à vos produits et à envoyer des enquêtes.

L’entreprise de matelas Tuft & Needle, par exemple, considère que c’est en sollicitant les avis des communautés en ligne, en particulier Reddit, qu’elle a gagné ses premiers clients.

Mais ne vous concentrez pas uniquement sur des questions relatives aux produits : ce n’est pas toujours un produit exceptionnel qui incite les clients à passer d’une marque à une autre.

86 % des consommateurs sont prêts à payer davantage pour une expérience-client de qualité. Bien traiter vos clients, et, plus précisément, découvrir ce que cela signifie pour eux, peut vous aider à vous démarquer de vos concurrents.

À ce stade de la validation de l’idée, vous pouvez promouvoir une page de vente pour votre produit même si celui-ci n’a pas encore été fabriqué, afin que les internautes puissent en savoir plus sur votre offre, s’inscrire sur votre liste d’attente ou pré-commander.

Il peut sembler contre-intuitif de créer une page de vente pour un produit qui n’est pas encore fabriqué, mais rassurez-vous, c’est un moyen courant de valider des idées de produits.

Dropbox, par exemple, a commencé par une vidéo explicative et un formulaire d’inscription à une liste d’attente. De même, l’entrepreneuse Abbey Ashley a créé une page de vente, a pré-vendu son cours en ligne, puis a publié deux modules à la fois au fur et à mesure qu’elle recevait des commentaires de ses clients.

En plus de votre page de vente, vous pouvez utiliser des tactiques comme l’email marketing et le marketing d’influence pour étendre la portée de vos efforts de pré-lancement.

La construction de la réputation et de la crédibilité de votre marque sur les réseaux sociaux prend-elle du temps ? Certainement. Mais, cela vaut-il la peine de s’y atteler ? Certainement aussi. Il n’y a pas de meilleur moyen de créer des liens avec une nouvelle audience que d’interagir directement avec elle.

Et plus vous interagissez avec elle et en apprenez sur elle à ce stade, mieux votre prototype, qui est la troisième étape de la validation de votre idée, servira ce public.

Étape 3 : Analysez vos données et créez votre prototype

14% des startups échouent parce qu’elles ignorent leurs clients, et 42% échouent parce qu’il n’y a pas de besoin pour leur produit sur leur marché.

Par conséquent, ne vous contentez pas de jeter un coup d’œil à vos données clients pour ensuite vous plonger dans le développement du produit. Prenez plutôt quelques jours pour analyser les tendances et effectuer un suivi auprès de certains membres du public.

Ensuite, commencez à créer avec ces informations en main.

Ne vous souciez pas de créer un prototype parfait. Dans l’idéal, votre prototype devrait être une version simplifiée de votre produit que vous pouvez réaliser sans investir beaucoup d’argent ou de temps.

Plus vous pouvez facilement pivoter pour ajouter ou supprimer des fonctionnalités – votre public saura lesquelles – mieux c’est.

Les prototypes de produits numériques peuvent prendre des formes différentes.

Le prototype de Justin Jackson pour son service et podcast Tiny Marketing Wins a commencé par une série de 14 jours d’e-mails gratuits, tandis qu’Airbnb a commencé par un simple site Web.

Vous pouvez soit donner votre produit en test gratuitement comme lead magnet (littérallement : aimant à prospects) soit offrir du contenu gratuit, soit, pourquoi pas, le faire payer.

Dans le cas d’un produit informatif, vous pouvez diffuser quelques modules sur YouTube. C’est un support particulièrement utile pour tester le contenu de cours en ligne ou de business models d’abonnement. 64 % des personnes interrogées ont déclaré que YouTube était une bonne ressource quand il s’agit d’acquérir des compétences pour son développement professionnel ou personnel.

À ce stade, vous avez presque atteint la fin du processus de validation de votre produit, mais pas tout à fait. Une semaine environ après que vos premiers utilisateurs et utilisatrices ont téléchargé ou acheté votre produit, recueillez d’autres commentaires afin de pouvoir l’améliorer encore avant de diffuser la version finale.

Étape 4 : Analysez les commentaires recueillis et diffusez votre produit à nouveau.

Le but d’un prototype de produit est de tester vos hypothèses et vos croyances sur votre public, alors ne vous inquiétez pas si vous avez reçu des commentaires négatifs lors de la première itération.

Voyez simplement ces commentaires comme des conseils sur la façon de créer un meilleur produit à l’avenir.

Prenez quelques jours pour analyser les critiques de la première itération de votre prototype, puis réfléchissez aux changements recommandés ou à ceux qui étaient les plus demandés.

Une fois que votre produit test a été modifié, vous êtes prêt∙e à le rediffuser pour obtenir un nouveau round de commentaires.

Pour élargir votre base d’utilisateurs et augmenter vos ventes, pensez à mettre en place un programme de recommandation ou d’affiliation afin d’encourager vos premier∙es client∙es à recommander votre produit à d’autres personnes.

30 % des Américains font des recommandations au moins une fois par semaine, et près de la moitié des entrepreneurs affirment que la majorité de leurs nouveaux clients proviennent de recommandations. Il y a fort à parier que la tendance est très similaire en France.

Par conséquent, inciter et récompenser les clients qui vous recommandent est une stratégie viable et populaire dans la sphère entrepreneuriale.

Une manière d’encourager les recommandations est de proposer une remise ou une promotion exclusive.

94 % des consommateurs ont déclaré que parmi le offres promotionnelles, l’exclusivité est ce qu’ils préfèreraient. Proposer des offres ou des remises exclusives pourrait donc être un moyen d’attirer davantage de clients early-adopters et de testeurs de prototypes.

Au fur et à mesure que votre public s’élargit et que vous obtenez de nouveaux retours, vous vous rapprocherez de plus en plus d’un produit final que vos clients adoreront.

Et après ? Il sera alors temps de lancer votre produit et de voir les ventes affluer.

C’est simple comme bonjour, non ?

Comprendre votre marché et votre communauté sont essentiels pour valider votre idée.

Vous pouvez dépenser des milliers de dollars pour mener des études de marché complexes sur vos client∙es potentiel∙les ou vous pouvez utiliser les réseaux sociaux pour valider votre idée d’e-business en quelques semaines seulement.

La première étape de la validation de votre idée consiste à déterminer où vous interagirez avec votre public cible et comment vous le sonderez.

Ensuite, passez quelques semaines à établir des relations avec vos abonnés avant de leur demander des conseils et des commentaires.

Une fois que vous en savez plus sur les préférences de vos futur client∙es, créez une version prototype de votre produit pour tester vos hypothèses et vos conclusions.

Enfin, sollicitez davantage de commentaires de vos client∙es afin d’améliorer progressivement votre produit jusqu’à ce qu’il atteigne une version que vous estimez vendable.

Il n’a jamais été aussi facile de donner vie à vos idées de produits digitaux grâce aux réseaux sociaux.

Que votre public préfère Instagram, Twitter ou Facebook, vous disposez désormais des connaissances et des outils pour valider votre idée de produit ; et nous sommes impatientes de voir ce que vous allez créer.

#Marketing : 20 blogs à ajouter dans votre Feedly

#Marketing : 20 blogs à ajouter dans votre Feedly

C’est la rentrée ! On revient de vacances le sac plein de sable et surtout avec de nouvelles résolutions (comme le 1er janvier mais celles-ci on va tenter de les tenir.).

Il faut savoir que j’ai tendance à faire ma veille sur les mêmes sites et blogs. J’utilise pour cela Feedly, un curateur de contenu qui permet de condenser toutes vos sources d’information sur une seule et même plateforme. Pratique, encore faut-il le mettre à jour régulièrement ! Il fallait donc que je me penche sur la question.

En scrollant sur LinkedIn, je suis – pour une fois – tombée sur une publication intéressante de l’agence d’Insegmentune liste de 20 blogs marketing à suivre absolument. On retrouve des classiques comme celui de Neil Pateil ou d’Hubspot mais également d’autres moins connus.

Je vous partage à présent cette liste. Spoiler alert, il s’agit principalement de ressources en anglais.

 

La liste des blogs marketing à suivre pour la rentrée

1. Backlinko – pour le référencement
2. Neil Patel –pour le référencement / le marketing
3.  -pour le marketing
4. Smart Blogger – pour le blogging
5. Blogging Wizard – pour le blogging
6. Content Marketing Institute – pour le marketing de contenu
7. Jeff Goins – pour la rédaction
8. Copyblogger Media -pour la rédaction
9. Enchanting Marketing Limited -pour la rédaction
10. Search Engine Journal – pour de la veille sur l’industrie 
11. Social Media Examiner – pour le social media 
12. ShoutMeLoud – pour le blogging, des astuces WordPress, du marketing d’affialiation
13. MarketingProfs – pour le marketing
14. HubSpot Marketing Blog -pour le marketing
15. Moz -pour le référencement
16. Semrush -pour le référencement
17. Ahrefs -pour le référencement
18. Screaming Frog -pour le référencement
19. Social Media Today, LLC – pour le social media
20. inSegment -pour le marketing digital (et parce qu’ils ont créé cette liste quand même 😉

Bonne lecture ! 

Que peut-on apprendre de Kim Kardashian ?

Que peut-on apprendre de Kim Kardashian ?

En voyant le titre de cet article, vous vous êtes sûrement dit « Ok, les filles de Boots & Cats ont complètement craqué ». Et pourtant… Si l’on vous pose cette question, c’est qu’il y a matière à réflexion…

Si l’on vous dit Kim Kardashian, vous nous répondrez sûrement « Elle est superficielle », « Elle est célèbre pour avoir montré son c** », ou encore « Elle est payée à ne rien faire de ses journées ». Vous avez raison et c’est là que ça devient intéressant : Kim Kardashian n’a pas de vrai talent, mais ce n’est pas grave. Tout se joue dans sa manière de communiquer et elle obtient des résultats. Et vous savez quoi ? Vous pouvez en obtenir vous aussi !

👉 Quand la com’ de Kim K n’a plus de secret pour vous !

Kim Kardashian met l’accent sur ses forces

En 2007, Gallup faisait une enquête auprès de milliers d’américains en leur posant la question suivante : « Sur votre lieu de travail, avez-vous l’opportunité de faire ce que vous faîtes de mieux, chaque jour ? ».  Seulement 32% des répondants ont répondu « Oui ».

Et déjà là, notre amie Kim marque un point : que ce soit à travers la télé-réalité, les marques qu’elle détient ou les produits qu’elle vend, tout tourne toujours autours de la famille, de la mode ou d’elle même. Elle fait ce qu’elle sait faire et ne prétend être quelque chose qu’elle n’est pas.

S’il y a quelque chose que vous aimez, CONCENTREZ-VOUS DESSUS ! Choisissez ce pour quoi vous voulez être connu, et faîtes-en quelque chose qui vous convient.

⭐️ Notre conseil : vous voulez un truc pour démarrer vite ? Prenez une feuille de papier, listez ce que vous savez faire et ce qui vous fait vibrer. Parcourez ensuite cette liste et mettez notez chaque point de 1 à 5 étoiles (1 étant le note la plus faible et 5 la plus élevée). Relevez tous les points notés de 4 et 5 étoiles : ce sont ces choses qui vous font briller et sur lesquelles vous devez vous concentrer. Vous pouvez même les combiner en quelque chose d’unique et de mémorable. Faites-en votre marque !

Kim Kardashian voit toujours le verre à moitié plein

On ne compte plus les scandales dans lesquels Kim a été impliquée (elle et son « politicien » de mari d’ailleurs). Mais aujourd’hui, soit on les a complètement oubliés, soit on s’en moque royalement. Pourquoi ? Bien qu’un scandale soit souvent un désastre en matière de communication, le clan Kardashian nous a appris qu’il n’y a pas de mauvaise publicité. Que ce soit Kim ou ses sœurs, elles font toujours en sorte de tourner la scandale à leur avantage et de transformer « l’absence de talent » en « super célébrité ».

Dans le même esprit, on peut aussi prendre exemple sur Beyoncé et Jay-Z. On vous resitue le contexte : 2017, Jay-Z trompe sa femme, et les images d’une altercation avec la sœur de cette dernière fuitent. La stratégie du démenti ne fonctionne pas. Alors coup de com’ : ils se servent de leur vie privée pour régler leurs comptes par albums interposés… Qui se sont vendus par millions !

⭐️ Notre conseil : sur une feuille, listez 5 choses pour lesquelles vous êtes mauvais.e. Que ce soit vous-même, votre marque ou votre entreprise. Dans une seconde colonne, écrivez une histoire positive sur chacun de ces points. Par exemple, si vous avez des problèmes d’argent, vous pouvez vous rappeler que beaucoup des plus grands de ce monde ont commencé avec des dettes et très peu de moyens (coucou Steve Jobs) !

Kim Kardashian utilise (beaucoup) les réseaux sociaux

Nous arrivons là sur notre cœur de métier. Kim Kardashian en quelques chiffres c’est :

  • 184 millions de followers sur Instagram
  • 29 millions de fans sur Facebook
  • 66,3 millions d’abonnés sur Twitter

Ne l’oubliez jamais : Kim a commencé comme tout le monde, avec 0 followers. Le flux de trafic, d’intérêt et d’argent qui passe par les réseaux sociaux, Kim Kardashian sait très bien s’en servir. A force de publications, de tweets et de stories, elle a su créer et fédérer sa communauté. Et devinez sur quoi porte son contenu ? Elle, sa famille et ses marques, bien évidemment ! 

⭐️ Notre conseil : comment démarrer ? Vous avez peut être déjà construit une petite communauté sur les réseaux sociaux. Maintenant, il faut la faire grossir ! Parlez de choses que vous maîtriser, mais surtout, mettez-vous à la place de vos abonnés. Qu’aimeriez vous voir en arrivant sur votre page ? Quel contenus et quelles infos voudriez-vous retrouver ? C’est comme ça que vous créerez du contenu engageant ! 

Kim Kardashian utilise son nom

Elle et tout le clan Kardashian ont tellement marqueté leur nom, qu’il en est devenu une marque à part entière. Le nom de leur télé-réalité ? Keeping Up With The Kardashians (l’Incroyable Famille Kardashian). Leur logo ? Un double K, dos-à-dos. Le nom de la marque de vêtement et cosmétique qu’elle possède avec ses sœurs ? D-A-S-H (comme la partie de leur nom : KarDASHian). Le nom de son livre (oui, oui) ? Kardashian Konfidential. Sa dernière marque de sous vêtements ? SKIMS. Bref, vous avez saisi l’idée.

Pourquoi ce nom et ces initiales de partout ? Ils participent à construire votre identité de marque et font partie intégrante de celle-ci. Encore mieux, plus vous aimerez votre nom, plus vous serez enclin (inconsciemment) à trouver des dérivés ou des variantes qui le contiennent ou le rappellent. Les scientifiques appellent cela le « name-letter effect« .

⭐️ Notre conseil : comment démarrer ? Jouez avec vos initiales. Si vous n’aimez pas les vôtres, changez les ou utilisez un surnom. Utilisez-les plus souvent et encouragez vos followers à suivre cette nouvelle identité. Soyez créatifs !

 Kim Kardashian fréquente d’autres célébrités

Vous êtes plutôt du genre à fréquenter toujours les mêmes personnes ou à intégrer des cercles de gens nouveaux ? Et avez-vous déjà fréquenté des personnes plus populaires que vous ? Si cela vous paraît impossible, dites-vous qu’il n’y a aucune raison que vous ne puissiez pas mettre dans votre poche des personnes plus célèbres ou qui accomplissent plus de choses que vous. Mais pour cela, il faut que vous-même, vous en vouliez plus !

Pour revenir à notre amie Kim, Paris Hilton l’a – par exemple – largement aidé à émerger sur la scène sociale. Et je pense qu’on peut dire que l’élève a surpassé le maître depuis non ?

Grâce aux réseaux sociaux, il n’a jamais été aussi facile de rentrer en contact avec des personnes influentes ! Être simplement connecté à quelqu’un de légèrement plus connu que vous aidera déjà. Rappelez-vous : les up-and-comers d’aujourd’hui sont les célébrités de demain, donc visez plus haut.

⭐️ Notre conseil : pour démarrer, ciblez et listez 5 influenceurs de votre secteur d’activité. Identifiez ensuite ceux qui sont les plus faciles à aborder. Pour les moins facilement accessibles, vous pouvez aussi cibler des personnes de leur entourage (managers, agences de publicité, proches collaborateurs…). Il ne vous reste plus qu’à les aborder ! 

Alors, Kim K, reine de la communication ou pas ?

En vérité, il y aurait beaucoup plus de choses à dire et à apprendre sur la communication de Kim Kardashian, mais on espère déjà que ces 5 points vous donneront une bonne base pour travailler votre image !

Et dernière chose : au lieu de dénigrer quelqu’un de connu que l’on respecte peu, si on essayait de le.la regarder sous un jour différent pour en apprendre quelque chose ? 😉

 

Photo by Andrey Larin ; Charisse Kenion ; Kristopher Roller

Quelle stratégie réseaux sociaux pour les TPE?

Quelle stratégie réseaux sociaux pour les TPE?

La création d’une stratégie en matière de communication sur les réseaux sociaux solidifie grandement votre plan d’action marketing.

Un peu de planification changera vraiment la donne, et vu la taille de l’opportunité sur les réseaux sociaux, mieux vaut se tenir prêt !

L’utilisation des réseaux sociaux en France a augmenté de 8,7 % en 2019.

Si leur taux de pénétration n’a pas encore atteint les 50% (49%), les dernières tendances permettent d’envisager que ce palier puisse être franchi avant la fin de l’année 2020, selon We Are Social et Hootsuite.
~Alexandra Patard, Le Blog du Modérateur

L’adoption rapide par les consommateurs de plateformes comme Facebook, Twitter et Instagram les rend presque impossible à ignorer pour les entreprises.

Alors, comment tirer le meilleur parti possible des réseaux sociaux pour votre petite entreprise ?

Vous n’avez pas d’équipe marketing prête à s’attaquer à toutes les plateformes, vous savez donc que vous devez être stratégique dans la manière dont vous utilisez votre temps et votre budget publicitaire.

N’ayez pas peur !

Plutôt que d’avoir peur du social, développons des stratégies de communication sur les réseaux sociaux simples et qui vous conviennent.

Commencez par vous fixer des objectifs SMART.

Nombreux sont les entrepreneurs qui savent qu’ils « devraient » utiliser les réseaux sociaux pour développer leur activité commerciale, mais vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ?

Quel résultat visez-vous avec votre stratégie social media ? Si vous êtes clair sur vos objectifs, il est beaucoup plus facile d’établir un plan pour les atteindre.

SMART est un acronyme qui signifie spécifique, mesurable, réalisable, pertinent (relevant en anglais) et limité dans le temps (time-bound ou time-based en anglais). Cela vous aide à clarifier vos objectifs car vous savez exactement ce que vous essayez de faire et dans quel délai vous souhaitez y parvenir.

Un exemple de bon objectif SMART pour vos campagnes pourrait être de: augmenter de 10 % le nombre d’inscriptions à ma newsletter dans les six prochains mois.

Vous cochez ici toutes les cases car vous pouvez facilement savoir si vous avez atteint votre objectif. Au bout de six mois, vous pouvez examiner votre taux d’abonnement et déterminer si vous avez atteint votre objectif.

De plus, il est pertinent pour votre entreprise si vous utilisez principalement le marketing par email pour garder contact avec vos prospects et les transformer en nouveaux clients.

Il ne serait probablement pas aussi réaliste de s’attendre à ce que votre stratégie réseaux sociaux augmente directement vos ventes de 10 %. C’est possible, cela dit,  mais les réseaux sociaux sont avant tout un outil pour accroître la notoriété, la confiance et la familiarité avec vos produits ou services et votre marque.

Faites quelques petites choses très bien, et développez-vous à partir de là.

Certains entrepreneurs se sentent dépassés à l’idée qu’ils vont devoir se transformer en une société de production audio-visuelle et qu’ils vont devoir créer des vidéos, des articles de blog et des podcasts pour rester en phase avec toutes les plateformes.

S’éparpiller trop peut diluer vos efforts marketing. C’est pourquoi nous vous recommandons de commencer par quelques plateformes-clés, de bien les appréhender, puis de vous développer à partir de là.

Si vous vous concentrez uniquement sur la croissance de la notoriété de votre marque en utilisant Facebook, Pinterest et Instagram… c’est beaucoup plus facile à gérer que d’utiliser toutes les réseaux sociaux en même temps.

N’oubliez pas qu’il s’agit d’abord de qualité et ensuite de quantité. Il est vrai que les comptes actifs ont généralement un taux d’engagement plus élevé, mais lorsqu’il s’agit de réseaux sociaux, tout est question de ce qui fonctionne pour vos clients.

Tant que vous touchez des personnes intéressées, que vous les transformez en fans de votre marque et que vous les impliquez dans ce que vous faites, c’est une stratégie réseaux sociaux efficace !

Comprenez votre public.

Connaître vos clients et publier ce qui compte pour eux est le meilleur moyen d’accroître votre influence sur les réseaux sociaux. Faites donc une petite recherche et voyez quels comptes ils suivent, quels messages ils aiment et partagent ?

Comment pouvez-vous vous joindre à une conversation qu’ils ont déjà ? Une des erreurs que font les entreprises sur les plateformes sociales est de ne parler que de leur activité. Elles publient des informations sur leurs produits, leurs services et leurs employés, mais oublient de rendre service à leurs clients.

Réfléchissez à la raison pour laquelle vous suivez certaines marques. Il y a une raison qui va au-delà de leur produit, n’est-ce pas ? Alors appliquez cette même réflexion à votre entreprise et déterminez exactement ce que votre client idéal veut voir de vous.

Par exemple, si vous êtes un consultant, votre client idéal pourrait vous suivre parce que vous publiez des citations inspirantes. Vous pouvez raconter comment vous avez aidé un client à surmonter un problème et comment il peut faire la même chose. Peut-être aime-t-il entendre votre propre histoire, les difficultés que vous avez rencontrées et apprendre comment vous les avez surmontées pour en arriver là où vous êtes aujourd’hui.

Chaque entreprise est différente, alors trouvez ce que vos clients veulent voir de vous et montrez-le leur !

Engagez des conversations et faites-les durer.

Une fois que vous savez de quoi votre public aime parler, joignez-vous à la conversation.

Vos messages doivent être à la fois informatifs, inspirants et promotionnels, mais essayez d’inclure un appel à l’action dans chaque message. Apprenez à vos lecteurs à interagir avec votre marque.

Posez-leur des questions, recueillez leur avis, parlez de choses qui suscitent l’émotion. Quel que soit votre secteur d’activité, il y a un aspect de votre produit ou service qui est lié à un sentiment ou une expérience que votre client idéal souhaite avoir.

Si vous êtes un coach d’entreprise, ce que vous vendez réellement, c’est la confiance, la tranquillité d’esprit et le succès. Ce sont tous des sujets qui suscitent l’émotion. Publier votre définition de la réussite et inviter vos clients à partager la leur est un excellent moyen de créer des liens avec votre audience.

Une fois que quelqu’un a répondu à une question que vous lui avez posée, il est primordial de poursuivre la conversation. Ils ont pris le temps de dire « oui » à votre marque, mais seuls 10 % des messages et commentaires laissés sur les comptes sociaux d’entreprise reçoivent une réponse.

C’est cette conversation qui fait des réseaux sociaux un véritable entonnoir de vente pour votre entreprise. Publier du contenu de qualité est le moyen de susciter l’intérêt des gens, mais avoir des conversations est le moyen d’inciter les gens à acheter chez vous.

Prévoyez vos publications à l’avance.

Vous dirigez une entreprise, alors chaque minute compte ! En publiant des messages, vous montrez à vos clients potentiels que vous prenez votre entreprise au sérieux et qu’ils devraient le faire aussi.

Mais comment rester cohérent lorsque vous avez une liste de choses à faire qui n’en finit plus de grandir ?

Faites de la technologie votre meilleure amie en programmant les publications à l’avance. Cela vous permet de rester cohérent et de gagner du temps. Si tout est programmé, vous ne serez pas distrait en faisant défiler votre flux au lieu de publier et de vous remettre au travail.

Réservez une journée par mois ou quelques heures par semaine pour vous asseoir et programmer vos publications sur les réseaux sociaux. Vous pourrez alors être tranquille, sachant que vous n’avez rien oublié !

C’est ok de payer pour jouer.

Chaque fois que l’algorithme change, les entrepreneurs deviennent nerveux quant à leur portée organique. Mais pourquoi se préoccuper autant de ce chiffre ?

Gary Vaynerchuk, expert en réseaux sociaux et l’un des premiers investisseurs de Twitter et Snapchat, affirme dans son livre, Jab, Jab, Jab, Right Hook, qu’il est plus rentable d’envoyer un message à ses abonnés actuels que d’essayer de toucher un public « froid ».

Quand on y pense, payer un peu pour atteindre un public déjà chaud va probablement donner de meilleurs résultats que de payer pour atteindre des personnes qui n’ont jamais entendu parler de vous.

Ainsi, alors que tout le monde parle d’essayer d’augmenter sa portée organique, vous pouvez vous réconforter en sachant que vous pouvez facilement atteindre la plupart de votre audience existante pour une fraction des dépenses publicitaires.

Expérimentez et pivotez.

Personne ne réussit du premier coup. Il y a tellement de façons d’utiliser les réseaux sociaux, qu’il s’agit de trouver ce qui convient le mieux à vos clients.

Et la seule manière de la faire est de commencer. Essayez des tas de choses différentes ! Ensuite, regardez quels sont les publications qui ont le mieux fonctionné et créez plus de contenu de ce type. Ne laissez pas le perfectionnisme vous empêcher de vous lancer et d’essayer.

Nous aimons à dire que le perfectionnisme est de la procrastination en talons hauts. Il est normal d’apprendre un peu au fur et à mesure, tant que vous commencez ! En fin de compte, les meilleures stratégies social media sont celles que vous pouvez mettre en œuvre de manière cohérente et qui fonctionnent pour vos clients idéaux.

Comment allez-vous lancer votre stratégie réseaux sociaux ? Sur quelles plateformes pensez-vous que votre public est le plus actif ?

Photo by Tim Mossholder

Une communication exceptionnelle pour une situation exceptionnelle ?

Une communication exceptionnelle pour une situation exceptionnelle ?

A situation exceptionnelle, communication exceptionnelle ? Nous en faisons l’expérience en ce moment même… La semaine dernière, nous évoquions la discrétion comme une option largement préférable à une communication inchangée, qui risquerait d’être déplacée dans un contexte tel que celui que nous vivons.

Mais une fois le ménage fait sur ce qui était prévu, comment rebondir ? Quel contenu proposer pour ne pas disparaitre des fils d’actu, sans pour autant en faire des caisses ? Petit tour d’horizon des meilleures actions du communication aperçues cette semaine sur nos réseaux…

1. Proposer du contenu lifestyle

Dans des moments où il peut être mal venu de trop mettre en avant leurs produits, les marques ont tout intérêt à se positionner comme source d’inspiration et de conseils auprès de leur communauté. Et le contenu lifestyle est idéal pour cela.

👉 Pour notre client The Collective (spécialités laitières) nous avons faire le choix de suspendre les posts trop axés produit pour proposer des astuces Do It Yourself, notamment avec la réutilisation des pots.

👉 Pour un autre de nos clients, Delta, spécialisé dans le yaourt grec, nous avons d’ores et déjà publié du contenu avec des idées de recettes faciles à réaliser à la maison.

Voici d’autres contenus que nous avons trouvé inspirants…

2. Jouer la carte de l’humour

En matière d’humour, on a eu de quoi faire cette semaine. Mais alors, par pitié, si vous allez dans ce sens, jouez-la fine.
Posez-vous les bonnes questions :  quel est le ton habituellement adopté par la marque (déjà humoristique ou non) ? Votre secteur d’activité est-il propice pour rebondir sur la situation ? Evitez à tous prix les lourdeurs qui seront 10 fois pires qu’un silence réfléchi.

👉 Pour notre client WIV (vente de vin à domicile), nous avons mis en suspens les actions prévues et avons imaginé une série de posts « pour voir le verre à moitié plein » pour les jours à venir.

 

Sinon, il y a ces posts qui nous ont bien fait rire…

3. Adopter une posture pédagogique

Lorsque nous sommes face à des situations déroutantes comme celle que nous vivons, nous sommes bien souvent en manque d’informations et de repères. Les médias en ligne l’on bien compris et en ont fait le sujet principal de leurs derniers articles. Si l’information est pertinente et possède une vraie valeur ajoutée, le contenu devient alors ultra qualitatif.

C’est notamment le cas pour ces deux articles :

 👉 Maddyness – Entrepreneurs, tout ce que vous devez savoir pour faire face au coronavirus

👉 Welcome to the Jungle – Confinement : 13 conseils pour assurer en télétravail

Bon à savoir : contenu pédagogique ET humoristique peuvent aller ensemble !

 

4. Ne pas couper le lien

Quand le client est contraint de rester à la maison c’est la marque qui s’invite chez lui ! Outre les salles de sports, cours de danse, de yoga et autres pratiques physiques qui proposent des cours en ligne, d’autres marques s’y sont mises. C’est notamment le cas du Petit Ballon. En créant « l’Ecole du Petit Ballon », la marque propose des lives quotidiens sur Instagram pour parler vin. Une bonne idée pour maintenir le lien avec ses abonnés…

En attendant la suite des événements, vous aussi partagez-nous vos plus belles trouvailles !

Crédit photo: Markus Spiske

Catégoriser ses articles de blog, un moyen de simplifier la programmation des messages sur les réseaux sociaux?

Catégoriser ses articles de blog, un moyen de simplifier la programmation des messages sur les réseaux sociaux?

Imaginez que vous mangez des pâtes-carbo pour le déjeuner, puis des pâtes-carbo au dîner, et le lendemain, quelqu’un suggère des pâtes-carbo au déjeuner à nouveau… c’est un peu « Grégory, s’te plait, c’est un peu trop de pâtes-carbo… »

C’est un peu ce que ressentent les abonnés à vos réseaux sociaux lorsque vous n’équilibrez pas correctement le type de contenu que vous publiez!

Lorsque vous planifiez vos publications, et particulière lorsque vous utilisez un outil pour les programmer à l’avance, il est important de s’assurer que vous avez une variété de contenus. Sinon, vous donnez à vos fans le sentiment de trop-de-pâtes-carbo.

Comment faire?

Comment maintenir un équilibre sain entre les différents types de contenus pour éviter l’indigestion chez vos abonnés?

En catégorisant les types de contenus que vous partagez!

Catégoriser vos publications par type rends le process du planning/diffusion beaucoup plus facile et voici comment.

Pensez à vos réseaux sociaux comme des Haribos que vous distribuez un à un, et vous ne voulez pas donner tous les crocodiles verts d’un seul coup.

Est-ce que c’est plus simple de s’assurer qu’on offre de la variété si tous ces bonbons sont mélangés dans un grand saladier, ou s’ils sont séparés dans des bols différents, crocodiles d’un côté, bouteilles de coca de l’autre, et que vous puissiez faire tourner?

C’est exactement la manière dont la catégorisation de vos publications fonctionne. Vous triez tout en sous-groupes d’un certain type, et, de cette manière, vous pouvez facilement choisir quel type de contenu publier à quel moment.

C’est ce que font beaucoup de marketers, il faut juste savoir regarder!

Vous voulez voir comment catégoriser vos publications facilitera votre programmation?

Voyons quelques exemples!

Catégoriser vos publications sur les réseaux sociaux

Selon votre régularité de publication sur votre blog, et selon la quantité d’articles evergreen que vous pouvez re-partager, vous pouvez garder tous vos articles de blog dans la même grande catégorie.

Si vous voulez vous assurer que vous gardez la plus grande variété possible, cependant, séparer le contenu de votre blog en différentes catégories peut vous simplifier grandement la vie!

Des catégories comme…

Tutoriels et How-tos

Si vous créez beaucoup de contenu éducationnel pour votre blog, vous aurez peut-être intérêt à le mettre dans sa propre catégorie.

Social Media Examiner est un exemple parfait:

Leur site publie une variété de contenus, dont des articles How to comme celui partagé ci-dessus, et lorsque vous regardez leurs réseaux sociaux, vous vous rendrez compte que ces différents contenus sur bien mélangés.

Vous en verrez donc pas, par exemple, 20 articles how-to différents à la suite.

En coulisses

Montrer ce qui se passe dans les coulisses de votre entreprise est une excellente manière d’humaniser votre image et de créer des moments de partage.

Peut-être montrerez-vous les coulisses de comment l’entreprise fonctionne vraiment:

Ou peut-être que vous utilisez quelque chose que vous avez testé pour un article qui donne des astuces et explique comment faire:

Que ce soit le sujet principal de votre article ou simplement une mise en perspective pour une lesson plus complète, emmener votre audience en coulisses peut se révéler être un bon changement de point de vue, donc en saupoudrer dans votre contenu habituel est une bonne manière de donner un peu de fraîcheur à vos calendriers éditoriaux!

Podcasts et Interviews

Peut-être êtes-vous l’hôte d’un podcast de temps en temps, ou peut-être interviewez-vous d’autres leaders dans votre secteur d’activité.

Quand c’est le cas, donner à ce contenu sa propre catégorie crée de véritables opportunités pour des publication riches en multimédia comme celle-ci:

Quand vous regardez le profil de Pat Flynn sur Twitter, vous constatez qu’il partage beaucoup de liens vers ses podcasts, mais avec une variété dans le look et la fonction des publications.

Certaines, comme celle ci-dessus, ont des extraits audio intégrés, par exemple, d’autres, simplement un graphique très visuel:

Et ce ne sont que QUELQUES manières dont vous pouvez catégoriser le contenu que vous partagez sur les réseaux sociaux!

Séparer vos publications en différentes catégories, en fonction du type de contenus vous facilite la tâche lorsqu’ils s’agit d’avoir cet équilibre parfait. Et votre audience vous dira merci!

Quelles sont VOS manières de catégoriser vos publications sur les réseaux sociaux?

Que vous utilisiez un outil de programmation ou une autre méthode, comment organisez-vous vos publications en catégories?

Vous avez des memes de chats que vous publiez tous les matins?

Ou une catégorie inspiration pour le week-end qui sort tous les samedis?

Partagez quelques unes de vos options préférées dans les commentaire et liez sur les réseaux sociaux où l’on pourra les admirer!

Photo by Dai KE

Une campagne publicitaire qui cartonne durant les fêtes de Noël? Facile !

Une campagne publicitaire qui cartonne durant les fêtes de Noël? Facile !

Par Zoé Boucher

Ah Noël… son atmosphère chaleureuse, ses repas de famille et ses discussions interminables, ses maisons décorées de toutes sortes de guirlande, ses cadeaux dont on rêve depuis des mois, ce sapin brillant de mille feux, cette cheminé pour avoir l’odeur d’hiver et de feu de bois. Comment peut-on louper une fête aussi agréable? D’ailleurs dès novembre les campagnes de publicité donnent un avant goût en transformant leurs produits en merveilleux cadeaux de noël. Chaque année il faut savoir innover pour marquer l’esprit des consommateurs. On attend de l’originalité, une pub qui nous fait sourire, qui nous donne envie d’acheter.

Une pub digne d’un grand cinéaste.

La première chose qu’une personne regarde dans une publicité vidéo est le format et l’histoire. À la différence des diverses campagnes tout au long de l’année, les pubs de Noël sont nettement plus longues et plus travaillées, (parfois aussi longue qu’un court métrage). L’idée n’est pas forcément de vendre un produit en particulier mais plutôt de raconter une histoire en fusionnant les codes, l’ambiance de noël et les attentes de la marque. Prenons l’exemple de la campagne de Noël de H&M. Elle résume parfaitement ce côté petit film avec tout une mise en scène entre le réaliste et l’irréaliste, façon Wes Anderson. Les produits de la marque sont dissimulés dans le décors et match complètement avec l’histoire et l’univers de l’histoire.

Un univers émotionnel.

Chaque pub s’appui sur un univers émotionnel basé sur un côté touchant et attendrissant qu’apporte souvent la famille, l’enfance et le partage. Noël nous donne le smile, nous fait rire, nous rend heureux, il faut donc tout donner sur le côté joyeux. La campagne d’Apple met d’ailleurs en avant cet attachement, tout le monde aide la jeune fille à rattraper ses papiers et lui donne du courage et de la force pour son travail. La solitude peu être elle aussi exposé dans certaines campagnes accompagnées d’un sentiment émouvant comme la campagne d’Edeka. Un grand père se retrouve seul lors du réveillon de noël, abandonné par sa famille trop occupée pour le rejoindre. Une triste réalité qui s’appui sur l’individualisation de la population lors des fêtes de Noël.

Les codes de Noël

Pour représenter ces fins d’année, les campagnes utilisent certains codes « clichés » traditionnels de Noël. Pour sentir cet univers chaleureux et familial des fêtes de Noël, les pubs mettent en avant le gros sapin, la décoration, parfois de la musique, de la neige, les vêtements chauds, les réunions de famille et bien sûr les cadeaux pour promouvoir leur marque. Par exemple, M&M’s, sur une base humoristique, utilise le traineau de Noël, le Père Noël et le partage des cadeaux.

Happy End

Bien sûr qui dit pub de Noël dit magie de Noël et donc un happy end. La plupart des pubs se terminent avec un slogan en lien avec leur marque, un message qui suscitera l’émotion chez les consommateurs. Petit exemple pour illustrer cela: Par exemple, M&M’s, dans sa campagne de Noël de 2018, utilise « M&M’s nous rassemble », comme un rassemblement autour du paquet de chocolat. Apple utilise « partagez ce que vous créez » en référence à la marque, Edeka avec « Le temps de se retrouver » ou encore H&M avec « Come Together ».

Utilisez un maximum les réseaux sociaux

Pour bien booster sa marque, il faut établir des objectifs: augmenter vos ventes en investissant sur les réseaux sociaux. Youtube est le réseau social permettant en premier lieu de poster votre pub, et qui va pouvoir ensuite être visionné par vos consommateurs. Ajoutez à cela Facebook avec le partage de vidéos, Instagram avec la publication de photos et Twitter avec ses hashtags pour une approche approfondie et une interaction avec les consommateurs. Cela va permettre aussi d’établir une relation de confiance avec eux.

Le hashtag « Heimkommen » qui veut dire « rentre à la maison » lors de la campagne d’Edeka sur Twitter.

Le haschtag « #lapubdupapaquidanse » avec Bouygues Telecom sur Instagram.

Création d’un site internet

Une campagne ne fonctionne pas qu’avec des pubs, il faut pouvoir tirer des profits avec les notifications Push sur votre site internet. Cela vous permettra d’avoir une ligne directe avec vos consommateurs comme sur les nouveautés de la marque, les évènements etc… Noël est le bon moment pour pouvoir rafraichir sa marque. Autre idée, s’associer avec une autre marque, faire une collaboration pour atteindre un nouveau public et donc plus de consommateurs. Soyez innovant, soyez original, parlez de l’histoire de la marque depuis sa création, de conseils, de bons plans du moment… Et bien sûr, restez actif sur les réseaux durant les fêtes de Noël!

Et vous ? Qu’est ce qui vous plait le plus dans une campagne de Noël?

Le visionnage des pubs de noël? Et l’univers émotionel?

Le design « tendance noël » des sites internet?

Les codes promos sur les cadeaux?

A vous de le partager dans les commentaires ci-dessous!

Photo by Rodion Kutsaev

Test – Quel Community Manager êtes-vous ?

Test – Quel Community Manager êtes-vous ?

Si certains pensent encore que le métier de Community Manager se résume à « se promener sur Facebook et Instagram et à liker tout ce qui se passe », nous, nous savons que la réalité est toute autre !

Au-delà d’être un expert des réseaux sociaux (en même temps, c’est un peu le cœur de son métier), le CM doit effectuer au quotidien de nombreuses missions qui jouent un rôle crucial dans la communication des marques auxquelles il se dévoue tant. Et même s’il existe autant de CM que de personnalités, nous avons identifié quatre profils types dans lesquels vous vous reconnaîtrez sûrement (vous, ou l’un collègue de travail d’ailleurs…).

Alors, quel Community Manager êtes-vous ? Faites le test !

C’est parti !

1. Vous venez de recevoir une invitation pour le lancement du dernier produit de votre marque préférée…

🔍 En bon CM que vous êtes, vous vous devez d’aller à cette soirée ! L’occasion idéale de voir ce qui se fait ailleurs en matière de communication, mais surtout de fournir votre carnet de contacts.

🔧 Vous prenez un ami sous le bras et allez y faire un tour par curiosité. Qui sait, vous pourrez peut-être vous faire quelques contacts et échanger sur vos projets en cours.

🌟 Vous checkez d’abord votre agenda pour voir si vous avez autre chose de prévu. Rien en vue ? Parfait, des petits fours, un sujet pour votre prochain article de blog et des stories Instagram, que demander de mieux ?

✈️ Vous ne serez malheureusement pas dans les environs ce jour-là. Vraiment dommage car c’est une marque que vous adorez et que vous suivez sur tous les réseaux. Pour vous consoler, vous serez à l’affût de chaque story le jour J…

 2. Votre cadre de travail au quotidien…

🔧 Dans un open space convivial avec toute votre team. D’ailleurs, vous n’êtes jamais bien loin de votre développeur ou de votre graphiste, à qui vous faites tout le temps appel…

🔍 Une équipe 100% communication dans un bureau assez cool et une ambiance décontractée (contrairement aux autres services de la boîte).

✈️ Ce n’est jamais le même décor ni les mêmes collègues, et c’est probablement cette liberté qui vous plaît le plus dans le métier que vous faites.

🌟 En général, c’est au bureau le matin, puis brainstorming autour d’un déj, pour courir ensuite sur un shooting l’après-midi, avant de finir par la soirée d’inauguration d’un nouveau concept store.

3. Le meilleur moment pour faire de la veille ?

🔧 Dès que vous faites un break ! La veille, c’est lire des articles qui vous passionnent ! Et c’est un peu comme lorsque vous checkez votre fil d’actu Facebook : vous savez quand vous commencez, mais difficile de s’arrêter…

🔍 Tous les matins et tous les soirs, dans les transports en commun. Le moment idéal pour checker tous les flux auxquels vous êtes abonné.

🌟 Ce n’est pas vous qui cherchez l’info, c’est l’info qui vient à vous !

✈️ Avant d’attaquer votre dernier article de blog, posé au bord de la piscine. En fait, faire de la veille et chiller, c’est un peu la même chose pour vous.

4. Selon vous, la qualité n°1 du CM…

🌟 Savoir fédérer.

✈️ Être créatif.

🔍 Être rigoureux.

🔧 Être curieux.

5. Vous êtes en plein cas de communication de crise et les internautes s’enflamment…

✈️ Vous faites une annonce générale en jouant la carte de la sincérité et de la compassion.

🔍 Pas de panique ! Vous aviez déjà tout prévu : les différents cas de figure possibles et les réponses à apporter. Vous n’avez plus qu’à appliquer votre plan de crise…

🔧 Vous répondez dans un commentaire ultra détaillé, avec du contenu à l’appui (FAQ, fiche technique/pratique, formulaire de contact…).

🌟 Vous vous inspirez de ce qui a été fait par une autre marque récemment et qui avait formidablement bien géré la situation 

6. Ce qui vous satisfait le plus dans votre métier de CM…

🔧 Lancer de votre marque sur Facebook et Instagram : vous allez enfin pouvoir y publier tous vos contenus !

✈️ Créer les contenus graphiques de la prochaine campagne de communication de votre client.

🌟 Rédiger un article sur les dernières tendances en matière de réseaux sociaux (que vous avez testées bien sûr !).

🔍 Boucler votre reporting du mois et chiffrer les belles retombées que vos actions ont générées.

7. Votre pire cauchemar ?

✈️ Une connexion calamiteuse juste avant un appel en visio. Mais bon, c’était le seul café à 2 km à la ronde… Qui fait les meilleurs Matcha Latte que vous n’ayez jamais bu d’ailleurs !

🔍 Un client mécontent qui s’est lâché sur la page Facebook, et qui a d’ailleurs suscité pas mal de réactions… Respirez un grand coup, ça va bien se passer !

🔧 Une Erreur 404 que vous n’arrivez pas à résoudre sur WordPress. En même temps, vous n’êtes pas développeur…

🌟 Le FOMO (= Fear Of Missing Out), ou la peur de passer à côté d’une info ou d’une exclu. Comment ça, vous ne connaissiez pas ce terme ?

8. Les collègues en amis sur les réseaux sociaux : on est pour ou contre ?

🔍 Peu importe, de toutes façons, vous les avez déjà stalkés…

✈️ Pour ! En fait, ce ne sont pas franchement des collègues, plutôt des camarades de coworking… Mais c’est pareil non ?

🔧 Pour ! De toutes façons, ce sont aussi vos potes dans la vraie vie !

🌟 Pour ! Enfin, ça dépend du nombre de followers qu’ils ont, vous ne suiviez que des comptes à plus de 2K d’abonnés…

9. Vos vacances idéales ?

🔧 Avec des potes, en déconnexion totale !

✈️ Partir à l’aventure pour découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles cultures… Et de nouvelles personnes !

🔍 Chiller au soleil, mais avec une connexion internet à disposition (on ne sait jamais, les trolls ne prennent pas de vacances…)

🌟 Dans un décor de rêve : l’idéal pour un feed Instagram qui va en faire baver plus d’un !

10. Pour vous, les réseaux sociaux, c’est avant tout…

🌟 Le meilleur moyen pour fédérer une communauté.

🔍 Un moyen de communiquer directement et rapidement avec le client final.

✈️ La vitrine de la marque.

🔧 Un excellent canal de vente.

Alors ?!

Vous avez obetenu un maximum de…

✈️ Le Community Manager nomade

Le CM nomade travaille toujours dans des endroits fabuleux (et parfois improbables), si bien qu’il finit par rendre les autres jaloux malgré lui. Assez cool, épicurien et bien souvent créatif, ses seules problématiques sont le décalage horaire et les connexions WIFI douteuses. Adepte du coworking, il travaille souvent à son compte parce que l’indépendance et la liberté sont les deux valeurs qui lui tiennent le plus à cœur.

Ses activités de CM favorites : le graphisme, la rédaction de contenu.

Ses réseaux sociaux de prédilection : Instagram et Pinterest.

🔍 Le Community Manager (trop) investi

Par définition, le CM ne déconnecte jamais, et ça, le CM (trop ?) investi l’a bien compris. D’un naturel très rigoureux, il aime programmer, mettre en place, analyser et voir les retombées concrètes de son travail. Il travaille bien souvent dans le service communication d’une entreprise. D’ailleurs, il se donne corps et âme pour défendre et honorer l’image de sa boîte sur les médias sociaux (et dans la vraie vie aussi).

Ses activités de CM favorites : la curation, la modération, les reportings.

Ses réseaux sociaux de prédilection : Facebook, Instagram, Linkedin.

🔧 Le Community Manager multi casquettes

Véritable couteau suisse, le CM multi casquettes assure, comme nom l’indique, des missions très variées. Tantôt trafic manager, responsables éditorial, social manager et même photographe à ses heures perdues… Finalement, il a choisi le nom de community manager parce que c’était ce qui lui correspondait le mieux. Un peu geek sur les bords et souvent surbooké, le CM multi casquettes travaille souvent une start-up ou une PME à fort potentiel.

Ses activités de CM favorites : la création de contenu, le SEO, l’analyse des données.

Ses réseaux sociaux de prédilection : Youtube, WordPress (non ce n’est pas un réseau social, mais il y passe tellement de temps…).

🌟 Le CM ultra connecté

Le Community Manager ultra connecté, est sur tous les fronts : il possède un compte sur toutes les plateformes et vous le rencontrerez à coup sûr à tous les événements un peu hype. Toujours au courant des dernières tendances, il a un carnet de contacts bien fourni et avec lui, le terme d’animateur de communauté prend tout son sens. Le CM ultra connecté travaille souvent à son compte ou dans une agence de communication. Sa raison d’être : mettre des paillettes dans la vie des autres, mais surtout dans la sienne.

Ses activités de CM favorites : dénicher les dernières tendances, la rédaction de contenu.

Ses réseaux sociaux de prédilection : Instagram, Linkedin, Twitter.

Alors ? Dans quel profil vous êtes-vous le plus reconnu ? Et ne nous dites pas que ce n’est vrai que pour les autres, on ne vous croira pas… 😜

Photo by Mike Meyers & Jason Rosewell on Unsplash

Freelance : la formation mobile pour vous aider à démarrer !

Freelance : la formation mobile pour vous aider à démarrer !

Vous ne le savez peut-être pas mais Boots & Cats n’est pas une agence comme les autres… Notre équipe est en effet principalement composée de freelances ! Pouvoir travailler en indépendant sur ses projets est une forme de liberté et de flexibilité qui nous tient à coeur. Le revers de la médaille est que que l’on se pose BEAUCOUP de questions.

Comment trouver mes premiers clients ? Comment faire ma promotion ? Comment fixer mes tarifs ? Quels sont les outils à utiliser pour gérer tout ça ? Etc.

Vous vous reconnaissez ?

Autant vous dire qu’à nos début, on aurait aimé avoir quelqu’un pour nous accompagner sur toute cette partie que l’on découvre au fur et à mesure. Et c’est exactement l’expérience que nous propose Inteach Academy : une formation sur mobile qui vous guide sur 4 semaines sur la mise en place de votre activité de freelance. Avec coach à disposition. Le tout gratuitement.

C’est trop beau pour être vrai ? On vous explique comment ça marche.

Faire décoller son activité de freelance avec Inteach Academy

La spécialité d’Inteach c’est de proposer des formations mobile learning, ce qui signifie tout simplement directement sur votre mobile !

L’avantage est que les contenus de formation sont découpés sous forme de capsule : des micros-contenus que vous consommez quand vous le souhaitez tout au long de la journée. Rapide et efficace pour vous former à tout type de sujet (RH, marketing digital, commercial) sans passer trois heures à potasser.

Leur toute nouvelle formation s’adresse spécifiquement aux freelances qui souhaitent se lancer !

Le programme

Durant 4 semaines de formation, vous recevez tous les jours 2 à 4 vidéos ou modules d’environ 3 minutes. Ces modules peuvent prendre la forme de conseils, d’astuces, ou de minis-tutoriels à suivre sur votre téléphone.

Au programme, 4 grandes thématiques :
1) « Démarrez du bon pied » en travaillant sur votre positionnement, vos outils de communication, votre réseau et découvrez les principales plateformes de freelance à votre disposition
2) « Construisez votre camp de base digital » en déterminant les outils dont vous aurez besoin. Un site internet ? Un ou des réseaux sociaux pour promouvoir votre activité ?
3) « Touchez votre cible » grâce à diverses techniques (SEO, e-mailing, landing page et même growth hacking !)
4) « Facilitez votre vie de freelance au quotidien » notamment sur la facturation, la gestion quotidienne de vos clients, etc.

N’hésitez pas à lire le programme détaillé!

Ce que l’on aime particulièrement

À chaque fin de module, il vous sera demandé de répondre à une ou plusieurs questions sur votre propre activité. L’idée est de mettre en pratique ce que vous venez d’apprendre immédiatement !

Et pour vous aider, vous ne serez pas tout seul ! Matthieu qui gère la formation sera votre interlocuteur et coach tout au long de ces sessions.

Vous aurez également accès au groupe Facebook privé de la formation où vous pourrez échanger avec les autres freelances inscrits durant cette session.

L’objectif est de partager vos progrès tout au long de votre formation et de pouvoir poser toutes vos questions ! Car avant tout lorsqu’on est freelance, c’est la solitude qui peut nous peser. C’est l’occasion de rejoindre une communauté diverse et variée de personnes qui rencontrent les même problématiques que vous…

Combien ça coûte ?

Comme expliqué plus haut, cette formation ne vous coûtera pas un centime.

Très peu de micro-entreprises le savent mais vous êtes remboursés à 100% par le FIFPL sur ce type de formation. Concrètement, comment cela fonctionne ?

À votre inscription, il vous sera demandé de signer une autorisation de prélèvement du montant de la formation. Rien n’est débité tant que votre demande de formation n’est pas validé. De plus, vous n’avez aucune démarches administratives à faire. L’équipe d’Inteach s’en charge pour vous et vous prévient lorsque tout est accepté.

Prochaine session prévue le 28 octobre !

Les premières semaines de formation ont déjà démarré, c’est d’ailleurs celles que nous suivons. Pour la prochaine session, il faut vous inscrire dès maintenant car les places sont limitées !

Si vous avez des questions ou n’êtes pas sûrs que cela vous corresponde, n’hésitez pas à écrire à Matthieu pour échanger.

Nous on retourne suivre notre module du jour ! 💪

Communication de crise : le rôle clef du Community Manager

Communication de crise : le rôle clef du Community Manager

La communication de crise est souvent perçue comme le pire cauchemar des services communication. Image, réputation, baisse du chiffre voire perte de confiance des partenaires, la crise (ou bad buzz) peut avoir des conséquences désastreuses sur l’ensemble de l’entreprise. Et vous savez ce qui est le pire dans tout cela ? Si ladite crise était suffisamment anticipée, elle n’aurait, bien souvent, pas l’impact que nous lui connaissons…

Gérer la communication de crise, c’est du sérieux !

Qu’elle soit avérée ou incomplète, l’information circule en quelques minutes sur les réseaux sociaux. Un client mécontent, un dysfonctionnement dans l’entreprise, une polémique, et c’est la crise assurée. Lorsque cela arrive, l’entreprise -en particulier le service communication– doit avoir les armes nécessaires pour réagir.

Dans les grosses entreprises, cela passe par une cellule de crise. Pour les petites structures au contraire, c’est souvent au responsable communication et/ou au community manager d’affronter la tempête. Quelque soit le cas de figure, il est important de s’entourer d’experts (internes ou externes) et de décideurs qui joueront un rôle crucial dans la gestion de crise et la préservation de la réputation.

Le community manager : un rôle central avant, pendant et après la crise

Le community manager est en première ligne en cas de situation de crise : toujours en lien avec la communauté, c’est lui qui doit pouvoir en déceler les premiers signes. Et lorsque cela se produit, commence alors une intervention délicate et périlleuse…

 1. La crise tu anticiperas

Premièrement, vous l’aurez deviné, pour gérer efficacement une crise, il faut être préparé. Comment ? Tout d’abord, en élaborant un process de gestion de crise. N’oubliez pas que la crise, si elle est importante, impliquera non seulement la communication, mais aussi d’autres services tels que le SAV, la production, le marketing, etc. Pour éviter la catastrophe, il est donc important d’avoir un plan d’action précis le moment venu. Et c’est à vous, CM, que cette mission revient.

👉 Concrètement, commencez par définir les différents niveaux (= gravité) de crises qui pourraient survenir. Une fois ce travail accompli, listez les personnes à avertir selon les services et les cas de figure rencontrés.

2. Beaucoup de veille tu feras

Étant en première ligne, vous êtes l’une des seules personnes à être au courant de tout ce qui se passe sur les réseaux.

👉 Pour être sûr de ne rien rater, il est donc important de mettre en place une veille continue sur ce que se dit de votre marque. Si vous n’avez pas d’outils de veille sous le coude, en voici quelques-uns qui vous seront d’une aide précieuse. Grâce à des mots clés bien ciblés, votre marché n’aura plus de secret pour vous !

👉 En parallèle, il est également primordial d’avoir une bonne connaissance de votre communauté. C’est-à-dire ? Les termes utilisés, les tons adoptés, la proximité existante (ou non), etc. Le moment venu, votre réponse sera scrutée à la loupe (mais ça, vous le savez déjà).

3. Les bonnes personnes tu alerteras

Un commentaire négatif ? Un client qui exprime son mécontentement ? Un dysfonctionnement ? Un message mal interprété ? Une question délicate ? La crise pointe le bout de son nez. D’autres signaux doivent aussi vous alerter : un engagement anormalement élevé sur un commentaire/post négatif ou un influenceur qui parle en mal de votre marque. Soyez également vigilent en cas d’incident survenu dans l’entreprise, qui pourrait faire beaucoup réagir.

👉 C’est donc maintenant que votre process de gestion de crise prend tout son sens : servez-vous-en ! Alertez les personnes concernées et définissez ensemble la posture à adopter. Le discours et la position de la marque seront vos lignes directives pour répondre sur les médias sociaux. Et rappelez-vous : plus vous serez réactif et moins votre image en sera écornée.

 4. Tel un professionnel de la com’ tu agiras

Vous vous êtes mis d’accord sur le parti pris de l’entreprise et avez préparé vos réponses. Cependant votre job n’est pas fini, loin de là ! C’est maintenant que votre connaissance de la communauté va vous être précieuse…

👉 Adaptez votre message avec un langage cohérent, qui parlera à vos abonnés. Mot général, messages personnalisés, excuses ou pédagogie, à vous d’adopter le bon ton et le bon contenu pour être compris sans ambiguïté. Et souvenez-vous : la sincérité et l’authenticité sont souvent les meilleures armes.

 5. Des reportings tu rédigeras

Le message a été délivré et les tensions semblent se calmer (du moins, on l’espère pour vous…).

👉 Dernière étape et non des moindres, construisez des reportings réguliers avant de dresser un bilan final. Ces documents vous permettront de tirer des conclusions sur la gestion de crise mise en place. Qu’est ce qui a fonctionné ? Qu’est ce qui n’a pas été fait, ou pas à temps ? Comment anticiper de prochaines crises ?

👉 Enfin, ne perdez pas de vue qu’une (vraie) crise laisse des traces. A vous d’adapter la communication future, une communication indirecte, qui visera à redorer une image qui a pris un sacré coup.

C’est fait, la tempête est passée !

Pour une bonne communication de crise, gardez en tête…

… Rien n’est acquis ! Sachez toujours vous remettre en cause.

… Veillez à toujours maintenir de bonnes relations avec certains médias, qui pourront vous être précieux si vous avez un message à véhiculer.

… Utilisés à bon escient, les réseaux sociaux restent un excellent moyen de délivrer un message et d’entretenir de la proximité avec votre communauté.

Vous avez maintenant en main toutes les bonnes pratiques pour assurer en cas de crise. Pour un exemple parlant, voici un article qui détaille la communication de crise récemment mise à exécution par Decathlon. Finalement, le meilleur moyen de gérer une crise, c’est de ne pas la subir !