Sélectionner une page
Les pépites CM qu’on a vu passer cet été !

Les pépites CM qu’on a vu passer cet été !

La rentrée pointe le bout de son nez et rien de mieux qu’un bon best of des familles des pépites de CM pour reprendre OKLM ! ☀️ Voici une sélection aux petits oignons de ce que l’on a vu passer cet été !

Le CM qui a du temps à tuer…

Le CM qui fatigue

Le CM qui aime rendre service

Le CM qui a du temps à tuer (le retour)

Le CM qui a besoin d’évasion…

Le CM cuistot !

Le CM qui informe

Le CM qui fait du partage d’expérience, du vrai

Le CM qui prend soin de ses followers

Le CM qui aime les défis…

Le CM qui vit l’actu…

Le CM qui sait de quoi il parle

Le CM qui aime Goku, visiblement…

Le CM qui a frôlé l’AVC.

Le CM qui a vraissemblablement mangé trop de desserts…

Le CM véner

Le CM compatissant

Passez un bel été ! ❤️

Photo by Mel Elías 

Trouver les hashtags qui cartonnent

Trouver les hashtags qui cartonnent

Que ce soit sur Instagram ou sur Twitter, les hashtags permettent d’identifier votre contenu et de le référencer sur ces plateformes. 

Il s’agit alors de les choisir correctement et d’y passer un minimum de temps : un choix stratégique vous permettra d’être bien positionné, plus visible et de gagner de nouveaux abonnés, voire de futurs clients ! On reprend tout ça ensemble 👇

 

Qu’est-ce qu’un bon hashtag ?

Règle n°1 : oubliez tout de suite les hashtag spam du type #FollowMe !

Un hashtag pertinent est un hashtag qui correspond à votre activité, à votre univers, à une tendance ou qui est directement lié à votre publication.

Voici quelques exemples :

  • Hashtag lié à votre activité : ce sont tous les hashtag qui font référence à l’univers de votre marque, ses valeurs. Vous pouvez également décider de créer un ou plusieurs hashtags de marque, propres à votre entreprise, qui seront un moyen d’exprimer votre vision. Ex : Coca-cola qui a créé #CocaColaLife 
  • Hashtag de tendance : il s’agit des hashtags liés à l’actualité. Ils peuvent référer à des événements de type marronnier (vacances d’été, rentrée des classe, Noël, fête des mères, etc.). La marque Cluse l’avait très bien fait en surfant sur l’automne avec une déclinaison de #fall sous plusieurs formes #falloutfits, #fallmood, #fallleaves.
  • Hashtag lié à des événements nationaux ou mondiaux comme la Coupe du Monde (#CDM2018), culturels (#rentreelitteraire2021), etc. Si vous êtes en panne d’inspiration, faits un tour sur Twitter dans la rubrique Top Trend pour découvrir les sujets les plus discutés du moment !

  • Hashtag lié à votre publication : cela paraît logique, mais pour être certain d’utiliser un hashtag pertinent, celui-ci doit correspondre au contenu publié. Quels sont les différents éléments qui composent votre photo ou texte ? Où cette photo a t-elle prise ? Est-elle en noir et blanc ou avec une teinte de couleur dominante ? Une photo de street art prise à Lyon pourra par exemple comporter les # suivants : #streetart #streetartlyon #street #artderue…

Pour vous inspirer et dégoter des hashtags qui cartonnent, n’hésitez pas à aller regarder ceux qui sont utilisés par vos concurrents ou vos clients ! Les moteurs de recherche d’Instagram et Twitter sont également très utiles et vous permettront de trouver des # liés.

Notre sélection d’outils dédiés aux hashtags !

 

1. All Hashtag

À partir d’un mot-clef, All Hashtag génère une liste de hashtags qui vous aideront à compléter vos publications.

Il existe plusieurs options pour constituer cette liste :

  • top # : l’outil génère des « top hashtags » basés sur votre mot-clé. Les hashtags peuvent être différents du sujet du mot-clé, mais ce sont des hashtags populaires et qui cumulent un nombre important de résultats de recherche.
  • random # : les hashtags aléatoires sont générés en fonction de votre mot-clé de recherche. Les résultats sont des hashtags, qui incluent le mot-clé que vous avez choisi.
  • live # : les hashtags générés sont d’autres hashtags publiés par les utilisateurs ayant utilisé votre mot-clé dans leurs messages.

Vous retrouverez aussi sur l’application les principaux hashtags des tendances pour chaque jour, semaine, mois et à tout moment.  

2. Hashtagiphy

Hashtagify présente certaines fonctionnalités qui rendent cette plateforme unique. Entrez votre mot-clé de base et obtenez entre 10 à 30 # liés à celui-ci avec pour chacun : son taux de popularité, son taux d’utilisation, etc. Vous pouvez ainsi explorer les hashtags liés aux tendances actuelles et à des catégories spécifiques.

L’outil identifie également des influenceurs utilisant des hashtags similaires. 

3. Tagboard

Créez un compte gratuitement sur TagBoard pour réaliser une veille sur des hashtags spécifiques ! L’outil vous permet de faire remonter toutes les dernières publications sur un mot-clé, sur un ou plusieurs réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, Google+, etc.)

Une fois votre recherche effectuée, créez un tableau (un « board ») pour enregistrer vos recherches et épinglez les publications les plus intéressantes.

 

J’ai choisi mes hashtags, et ensuite ?

Avoir les bons # c’est bien, savoir les utiliser, c’est mieux !

Il ne s’agit pas maintenant de copier votre liste de 150 hashtags dans toutes vos publications ! Regroupez-les en catégories et sous-catégories selon les différentes thématiques que vous aurez l’occasion d’aborder.

Sur Instagram, nous vous conseillons d’en utiliser une dizaine maximum par publication. La qualité prime sur la quantité !

Testez vos différentes catégories de hashtags et surveillez les publications les plus performantes. Dans la partie Analytics d’Instagram, vous aurez la possibilité de savoir combien de visiteurs ont découvert votre publication (malheureusement, nous n’aurez pas le détail par hashtag). A noter que pour accéder aux statistiques de vos publications, vous devez avant être passé à un compte Instagram Business !

#ToBeContinued ! 

Photo by Jan Baborák ; Annie Spratt 

Trello : l’outil parfait pour votre calendrier éditorial

Trello : l’outil parfait pour votre calendrier éditorial

Si vous avez bien suivi nos conseils, vous devriez déjà tout savoir sur l’art et la manière de créer votre calendrier éditorial. Pour ce qui est du contenu, on vous laisse gérer ! Pour ce qui est de la planification – on vous l’accorde – l’exercice qui peut s’avérer fastidieux pour certains… Fort heureusement, il le devient beaucoup moins en utilisant le bon outil. Dites bonjour à  Trello !

 

Trello, kézako ?

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Trello, il s’agit d’un outil de gestion de projet gratuit qui fonctionne avec un système de listes et de cartes. Le gros plus de cet outil, c’est que vous pouvez inviter autant de personnes que vous le souhaitez à travailler sur votre projet. 

Sur une carte, vous pouvez écrire des commentaires, télécharger des pièces jointes, créer des check-list, ajouter des étiquettes et des délais à respecter, attribuer des tâches à un membre de l’équipe, etc. On vous l’assure, rien de sorcier, et vous maîtriserez le « drag and drop » à la perfection ! Cerise sur la gâteau : on dit adieu aux mails multi-destinataires auxquels personne ne répond.

Pourquoi les fonctionnalités de Trello sont parfaites pour votre calendrier édito

Outre les fonctionnalités ‘classiques’ proposées par la plupart des outils, que sont la rédaction de commentaires ou le téléchargement de pièces jointes, Trello vous permet d’aller encore plus loin dans la gestion de votre projet. Et croyez-nous, pour un calendrier éditorial, c’est le feu !

Les check-list

Sur chacune de vos cartes, vous avez la possibilité de créer des check-list. Vous commencez à connaître notre passion pour les to-do list, non ?

Pour votre calendrier éditorial, la check-list sera parfaite pour lister des idées de contenus (idées de posts pour vos réseaux sociaux ou bien sujets de blog), ou pour diviser une tâche complexe en plusieurs actions facilement réalisables.

Ajoutez à cela l’immense satisfaction de pouvoir cocher les tâches accomplies et regarder la jauge se compléter, que du bonheur !

Les étiquettes

Vous allez adorer attribuer des étiquettes à vos cartes ! L’intérêt vous votre calendrier éditorial ? En ce qui nous concerne, nous nous en servons pour indiquer sur quel réseau social nous publierons un contenu donné, ou encore pour classer des sujets de blog par thématique. Le système d’étiquette est également idéal pour indiquer le stade d’avancée d’une carte.

Eexemple pour la validation des posts sur les réseaux sociaux : en cours de création / en attente de validation / validé / à corriger / à refuser.

Les deadlines

Dernier point, vous avez la possibilité d’indiquer une deadline et un rappel à vos cartes. Une fonctionnalité très pratique pour planifier tous vos contenus et garder une vue d’ensemble sur votre calendrier.

Quelques idées de calendrier éditorial sur Trello

Pour rappel, vous trouverez ci-dessous les différents éléments que peut contenir votre calendrier éditorial :

  • le sujet ou le titre de votre publication 
  • le texte rédigé
  • le ou les visuels
  • la date et l’heure de publication
  • le nom de la personne chargée de la rédiger / planifier
  • les plateformes sur lesquelles vous publierez

Vous pouvez évidemment ajouter ou retirer des informations sur votre carte selon vos besoins mais disons qu’il s’agit ici des éléments de base. Concernant l’organisation même de votre tableau, voici quelques exemples...

1/ Un tableau Trello par type de contenu

Idéal pour réfléchir de manière plus globale sur votre stratégie de contenu, un tableau par type de contenu vous aide à catégoriser vos idées d’article et à les étoffer en fonction de votre veille. En un coup d’oeil, repérez les sujets pour lesquels vous disposez du plus de ressources (visuels, texte, vidéo, contact d’une personne à interviewer…) et donc que vous pourrez rédiger facilement. De la même manière, prenez garde à ceux qui vous demanderont plus de temps pour pouvoir vous organiser à l’avance !

2/ Un tableau par mois

Très utile si vous postez plusieurs fois par mois et/ou sur différentes plateformes, le format du tableau au mois vous permet de créer des cartes par réseaux sociaux ou par type de contenu. Dans cet exemple, une carte = une publication. L’intérêt de cette organisation est de visualiser rapidement si nous abordions suffisamment de sujets dans des catégories différentes : recettes, lifestyle, humour…

3/ Un tableau sur une année

Enfin, vous pouvez tout à fait vous créer un tableau sur une année où chaque liste peut correspondre à un mois. Les étiquettes pourront alors vous aider à classer les cartes par plateforme, par type de contenu ou par priorité ! Comme précédemment, chaque carte correspond à une publication, ce qui nous permet de facilement les déplacer d’un mois à l’autre en fonction des sujets que nous souhaitons aborder, des différentes opérations commerciales en cours ainsi que des fêtes et autres dates importantes du calendrier.

 

Comme vous le devinez sûrement, il n’existe pas une, deux ou trois possibilités d’agencer son tableau mais bien des millions (oui, oui). Libre à vous, selon vos priorités et contraintes, de trouver la meilleure présentation pour visualiser l’information rapidement et vous aider à optimiser votre programmation.

Enfin, il est tout à fait possible de cumuler différents modèles comme dans notre cas : un tableau à l’année pour fixer la stratégie globale, un tableau par mois pour définir le contenu puis pourquoi pas, un tableau d’inspiration, un tableau to-do, etc. Le tout est que cela doit vous faciliter la vie, et non pas devenir une contrainte !

À vous de jour maintenant, n’hésitez pas à nous envoyer une capture d’écran de votre tableau et / ou à nous poser toutes vos questions !

Quelles dimensions pour vos images sur les réseaux sociaux ?

Quelles dimensions pour vos images sur les réseaux sociaux ?

Photo de cottonbro provenant de Pexels 

La taille de votre contenu sur les réseaux sociaux compte ! Utiliser les bonnes dimensions d’images vous évitera bien des mauvaises surprises : perte de qualité, image déformée voire coupée… Ce serait dommage de se donner autant de mal à publier pour que vos publications n’apparaissent pas correctement, pas vrai ?

Les plateformes ne nous simplifient pas la tâche pourtant. Leurs interfaces sont régulièrement mises à jour, de nouveaux types de post apparaissent, de quoi perdre le fil !

Pour 2021, il est temps de vous redonner un petit update : suivez le guide ! 

Les dimensions à respecter sur Facebook

Dimensions de votre photo de profil : 170 x 170 pixels sur desktop et 128 x 128 pixels sur mobile

Dimensions de votre photo de profil : 170 x 170 pixels sur desktop et 128 x 128 pixels sur mobile

Dimensions de votre photo de couverture : 851 x 315 pixels

  • Dimensions recommandées sur desktop : 820 x 312 pixels
  • Dimensions recommandées sur mobile : 640 x 360 pixels
  • Taille minimum: 400 x 150 pixels
  • Poids idéal du fichier : moins de 100KB

Dimensions pour le fil d’actualité : 1200 x 630 pixels

  • Taille minimum : 600 x 315 pixels

Dimensions pour votre publication carousel : 1200 x 1200 pixels

Dimensions de votre photo de couverture d’événement : 1200 x 628 pixels

Dimensions de votre story : 1080 x 1920 pixels

Pensez à laisser de l’espace en haut et en bas (environ 250 pixels) pour éviter que votre image ne soit recouverte par un CTA ou autre bouton Facebook.  

Dimensions des publicités

  • Dimensions d’une publicité dans le fil d’actualité : au moins 1080 x 1080 pixels. Taille minimum : 600 x 600 pixels. Ratio 1.91:1 à 1:1. Poids max du fichier : 30 MB.
  • Dimensions d’une publicité dans la colonne de droite : au moins 1080 x 1080 pixels. Taille minimum : 254 x 133 pixels. Ratio 1:1. 
  • Dimensions d’une image dans un article : au moins 1080 x 1080 pixels. Ratio 1.91:1 to 1:1. Poids max du fichier : 30 MB.
  • Dimensions d’une image dans la marketplace : au moins 1080 x 1080 pixels. Ratio 1:1.Poids max du fichier : 30 MB.
  • Dimensions d’une image dans les messages sponsorisés : au moins 1080 x 1080 pixels. Ratio 1.91:1 to 1:1.Poids max du fichier : 30 MB.

Les dimensions à respecter sur Instagram

Dimensions de votre photo de profil : 320 x 320 pixels

Dimensions des contenus du feed :

  • format paysage : 1080 x 566 pixels
  • portrait: 1080 x 1350 pixels
  • carré : 1080 x 1080 pixels

Dimensions d’une story : 1080 x 1920 pixels

Pour les formats Reels, vous pouvez utiliser le même format que pour les stories ! 

Les dimensions à respecter sur Twitter

Dimensions de votre photo de profil : 400 x 400 pixels

  • Taille minimum : 200 x 200 pixels
  • Poids max : 2MB

Dimensions de votre bannière : 1500 x 500 pixels

Dimensions d’une photo dans le feed : 1024 x 512 pixels

  • Taille minimuym: 440 x 220 pixels
  • Ratio recommandé: 16:9
  • Poids max : jusqu’à 5MB pour les photos et GIFs sur mobile. Jusqu’à 15MB sur desktop.

Dimensions pour les publicités sur Twitter :

  • Image seule et multi-images : Minimum 600 x 335 pixels.
  • Miniature de site web : 800 x 418 pixels pour un ratio de 1.91:1. 800 x 800 pour un ratio de 1:1. Poids max : 20MB.
  • Carousels: 800 x 800 pixels pour un ratio de 1:1. 800 x 418 pixels pour un ratio de 1.91:1.Poids max : 20MB for 2-6 image cards.
  • Carte Message Direct : 800 x 418 pixelspour un ratio de 1.91:1.Poids max : 3MB.
  • Conversation card: 800 x 418 pixels pour un ratio de 1.91:1.Poids max : 3MB.

 

Les dimensions à respecter sur LinkedIn

Dimensions de votre photo de profil : 400 x 400 pixels

Dimensions de votre photo de couverture : 1584 x 396 pixels

Dimensions d’une image dans une publication : 1200 x 627 pixels

Dimensions des publicités sur LinkedIn :

  • Taille d’un logo en publicité : 100 x 100 pixels
  • Spotlight ads : 100 x 100 pixels
  • Image de fond d’une publicité Spotlight : 300 x 250 pixels
  • Publicité contenu sponsorisé : 1200 x 627 pixels (1.91:1)
  • Publicité d’un carousel d’images: 1080 x 1080 pixels (1:1)

Vous voilà parés pour vos prochains posts sur Facebook, Instagram, Twitter et LinkedIn ! Vous êtes sur d’autres plateformes ? N’hésitez pas à faire un tour sur l‘article plus complet d’Hootsuite

 

Pour de meilleures publications, pensez programmation!

Pour de meilleures publications, pensez programmation!

Si vous lisez ce blog depuis suffisamment longtemps, vous savez que nous aimons parler de programmation sur les réseaux sociaux.

Nous aimons la programmation sur les réseaux sociaux parce qu’elle permet de gérer plus facilement et plus rapidement votre contenu. Mais soyons réalistes, même si vous planifiez votre contenu, vous devez prendre le temps de l’imaginer, le créer, le concevoir, le publier, le promouvoir et le mesurer. Vous êtes déjà épuisé.e ?

Il est indéniable que la création de contenu pour les réseaux sociaux peut être le plus grand des casse-têtes pour un petit entrepreneur.

Si vous vous retrouvez bloqué dans la gestion de vos contenus, ces cinq conseils de programmation super simples vous faciliteront la vie et amélioreront vos publications.

1. Optimiser vos moments de publication.

Si vous voulez que votre contenu aille plus loin et produise des résultats, vous devez faire attention au timing. Au temps des premiers balbutiements de Facebook, vous pouviez publier un message sur votre page et toujours voir de l’engagement de la part de votre audience deux jours plus tard. Mais ça, c’était avant.

Les choses ont changé et aujourd’hui, le timing est vraiment important sur les réseaux sociaux. Tout va très vite et si vous publiez ne serait-ce que quelques minutes plus tard que prévu, vous risquez de manquer votre public !

Considérez ceci : un tweet a une durée de vie moyenne de 18 minutes et les posts Facebook reçoivent la majorité de leurs impressions dans les deux premières heures. Avec de si petites fenêtres pour atteindre votre public, il est crucial publier vos messages au bon moment !

Alors, quand devriez-vous poster ? Tout dépend de votre public et du moment où il est le plus actif en ligne. Vous pouvez consulter les statistiques de chaque plateforme pour déterminer quand votre public est en ligne. Sur l’exemple ci-dessous, vous pouvez voir que le public est le plus actif sur Facebook vers 16 heures. Il est donc bon de programmer des contenus récurrents à publier vers cette heure-là.

Si votre public est encore peu nombreux ou si vous commencez à peine à utiliser les réseaux sociaux et que vous ne savez pas quand votre public sera actif, nous avons ce qu’il vous faut.

De nombreuses études ont été réalisées sur le meilleur moment pour publier sur chaque plateforme sociale.

Le meilleur moment pour poster sur Facebook est le mercredi entre 13h et 15h.

Le meilleur moment pour poster sur Twitter est entre 12h et 15h.

Les meilleurs jours pour poster sur Instagram sont les lundis et les jeudis sans heure précise. Globalement, les meilleurs moments pour poster sur Instagram sont entre 8h et 9h, 2h et 17h.

Le meilleur moment pour poster sur LinkedIn est le mercredi, entre 15 et 17 heures.

Vous pouvez utiliser ces créneaux comme base pour votre programmation sur les réseaux sociaux, mais nous vous recommandons de mesurer vos statistiques au fur et à mesure afin de pouvoir faire les ajustements nécessaires.

2. Trouver votre fréquence de publication

Vous l’aurez donc compris, le timing est important car tout va très vite sur les réseaux sociaux, mais vous devez maintenant déterminer à quelle fréquence vous devez publier. La logique veut que si le contenu a une courte durée de vie, il est logique de publier le plus souvent possible, n’est-ce pas ?

Pas exactement. En effet, trop publier peut ennuyer vos lecteurs et les inciter à se désabonner. Votre fréquence de publication devrait encourager plus de personnes à s’abonner, et non l’inverse. Vous devez donc maîtriser la fréquence de publication sur chaque canal.

La plupart des gens s’attendent à ce que les marques publient une à deux fois par jour sur les réseaux sociaux, à l’exception de Twitter. Twitter étant le média qui évolue le plus rapidement, il est recommandé de publier environ 15 fois par jour, dont sept fois en partageant le contenu d’autres personnes ou marques.

Comme pour la plupart des médias sociaux, il est essentiel de tester votre fréquence de publication et de trouver le bon équilibre pour votre public.

3. Trouver un équilibre de contenu

Le moyen le plus rapide de vous épuiser sur les réseaux sociaux est de publier sans cesse le même type de contenu. Ça ne vous fera peut-être pas plaisir à entendre, mais les gens en auront marre de votre flux constant de publications promotionnelles tout comme ils en auront marre de vos mèmes à répétition.

Il faut un équilibre du contenu ou un ratio de contenu. Si vous avez déjà deviné que votre ratio dépend de votre audience, alors on vous envoie un high five numérique parce que ça veut dire que vous suivez !

Mais votre ratio de contenu dépend aussi de vos objectifs, de votre secteur d’activité et de votre message global. Le plus important est de varier les plaisirs pour que votre public ne s’ennuie pas et que votre flux ne soit pas répétitif.

Voici quelques ratios de contenu populaires que vous pouvez tester dans votre programmation de médias sociaux.

1. Le ratio 5-3-1

  • Cinq messages de curation
  • Trois contenus éducatifs/informatifs de votre entreprise
  • Deux messages personnels ou juste pour le plaisir

2. Le ratio 80/20

  • 80 % de votre contenu est de nature éducative/informative, celui que vous créez comme celui que vous partagez
  • 20% de votre contenu est promotionnel

3. Le ratio 30/60/10

  • 30 % de votre contenu est du contenu de marque : articles de blog, les vidéos et les images et autres
  • 60 % de votre contenu est de la curation
  • 10% de votre contenu est promotionnel

Ce n’est qu’une base de départ ! Vous pouvez vous complexifier et diviser votre contenu comme bon vous semble.

4. Identifier votre contenu evergreen

Vous êtes très occupé.e, on le sait bien ; et vous n’êtes peut-être non plus pas un.e pro de la rédaction ou de la création graphique. Et si vous êtes rédacteur∙trice ou graphiste, alors vous ne créez probablement pas du contenu uniquement pour votre propre marque. La plupart des gens n’ont tout simplement pas le temps de créer constamment de nouveaux contenus.

Heureusement, c’est inutile ! C’est là que le contenu evergreen vient à la rescousse. Le contenu evergreen est un contenu qui n’est pas sensible au temps et qui apporte une valeur ajoutée sur une longue période.

Il peut s’agir d’articles de blog, de webinaires, de vidéos, d’infographies ou de diffusions en direct. Tout ce qui compte, c’est que votre contenu evergreen soit toujours pertinent pour votre public.

Par exemple, notre article sur les changements d’algorithme de Facebook a été incroyablement précieux en avril 2019, mais à ce jour, la plupart des gens sont déjà au courant et Facebook a fait de nombreux autres changements depuis, de sorte qu’il ne s’agit pas d’un contenu evergreen. Mais, notre article sur la façon d’écrire un article de blog au top à chaque fois a plus de chances de rester pertinent et utile pour notre public.

Certains entrepreneurs s’inquiètent du fait qu’un contenu evergreen ne conserve pas sa valeur une fois qu’il a été publié, mais il y a deux choses importantes à retenir au sujet des réseaux sociaux.

La première est qu’il n’y a aucune garantie que l’ensemble de votre public ne voit chacun de vos articles. En fait, il est plus probable que la majorité de votre audience ne verra pas vos messages. En partageant à nouveau vos contenus evergreen, vous augmentez les chances de que public voit votre contenu.

La deuxième chose importante à noter est que votre public augmente chaque jour et que vous attirez de nouveaux abonnés qui n’ont pas encore vu vos contenus précédents. Ces publications evergreen seront toutes nouvelles pour ces abonnés !

Vous pouvez trouver votre contenu evergreen en faisant un audit rapide.

L’ajout de ce type de contenus à votre calendrier éditorial facilite la publication d’informations cohérentes et précieuses.

5. Garder vos idées à portée de main

Avez-vous déjà eu besoin de trouver quelque chose à programmer, mais il ne s’est pas passé grand chose ce jour là et vous finissez par passer beaucoup trop de temps à essayer de trouver quelque chose d’intéressant à raconter ? Vous voyez de quoi on parle, hein…

Publier le contenu d’autrui (la curation) est une partie importante de toute stratégie réseaux sociaux réussie, mais parfois, le simple fait de trouver ce contenu peut prendre beaucoup de notre temps précieux.

Et faire défiler des articles pendant des heures à la recherche du contenu parfait n’est ni passionnant ni productif.

On vous recommande donc de dresser une liste de vos publications ou sites web préférés. Vous pouvez suivre vos blogs préférées dans un agrégateur comme Feedly, de sorte que vous pouvez simplement les faire défiler régulièrement pour trouver des idées de choses à partager.

La programmation sur les réseaux sociaux est le moyen le plus intelligent de gérer votre contenu et d’accroître votre audience. Et même si programmer, en soi, vous fait déjà gagner pas mal de temps, on espère que ces quelques conseils vous permettront de partager encore plus facilement et plus rapidement des contenus de qualité sur vos réseaux sociaux préférés.

Une communication exceptionnelle pour une situation exceptionnelle ?

Une communication exceptionnelle pour une situation exceptionnelle ?

A situation exceptionnelle, communication exceptionnelle ? Nous en faisons l’expérience en ce moment même… La semaine dernière, nous évoquions la discrétion comme une option largement préférable à une communication inchangée, qui risquerait d’être déplacée dans un contexte tel que celui que nous vivons.

Mais une fois le ménage fait sur ce qui était prévu, comment rebondir ? Quel contenu proposer pour ne pas disparaitre des fils d’actu, sans pour autant en faire des caisses ? Petit tour d’horizon des meilleures actions du communication aperçues cette semaine sur nos réseaux…

1. Proposer du contenu lifestyle

Dans des moments où il peut être mal venu de trop mettre en avant leurs produits, les marques ont tout intérêt à se positionner comme source d’inspiration et de conseils auprès de leur communauté. Et le contenu lifestyle est idéal pour cela.

👉 Pour notre client The Collective (spécialités laitières) nous avons faire le choix de suspendre les posts trop axés produit pour proposer des astuces Do It Yourself, notamment avec la réutilisation des pots.

👉 Pour un autre de nos clients, Delta, spécialisé dans le yaourt grec, nous avons d’ores et déjà publié du contenu avec des idées de recettes faciles à réaliser à la maison.

Voici d’autres contenus que nous avons trouvé inspirants…

2. Jouer la carte de l’humour

En matière d’humour, on a eu de quoi faire cette semaine. Mais alors, par pitié, si vous allez dans ce sens, jouez-la fine.
Posez-vous les bonnes questions :  quel est le ton habituellement adopté par la marque (déjà humoristique ou non) ? Votre secteur d’activité est-il propice pour rebondir sur la situation ? Evitez à tous prix les lourdeurs qui seront 10 fois pires qu’un silence réfléchi.

👉 Pour notre client WIV (vente de vin à domicile), nous avons mis en suspens les actions prévues et avons imaginé une série de posts « pour voir le verre à moitié plein » pour les jours à venir.

 

Sinon, il y a ces posts qui nous ont bien fait rire…

3. Adopter une posture pédagogique

Lorsque nous sommes face à des situations déroutantes comme celle que nous vivons, nous sommes bien souvent en manque d’informations et de repères. Les médias en ligne l’on bien compris et en ont fait le sujet principal de leurs derniers articles. Si l’information est pertinente et possède une vraie valeur ajoutée, le contenu devient alors ultra qualitatif.

C’est notamment le cas pour ces deux articles :

 👉 Maddyness – Entrepreneurs, tout ce que vous devez savoir pour faire face au coronavirus

👉 Welcome to the Jungle – Confinement : 13 conseils pour assurer en télétravail

Bon à savoir : contenu pédagogique ET humoristique peuvent aller ensemble !

 

4. Ne pas couper le lien

Quand le client est contraint de rester à la maison c’est la marque qui s’invite chez lui ! Outre les salles de sports, cours de danse, de yoga et autres pratiques physiques qui proposent des cours en ligne, d’autres marques s’y sont mises. C’est notamment le cas du Petit Ballon. En créant « l’Ecole du Petit Ballon », la marque propose des lives quotidiens sur Instagram pour parler vin. Une bonne idée pour maintenir le lien avec ses abonnés…

En attendant la suite des événements, vous aussi partagez-nous vos plus belles trouvailles !

Crédit photo: Markus Spiske

S’il y a un moment pour se taire sur les réseaux sociaux, c’est peut-être maintenant…

S’il y a un moment pour se taire sur les réseaux sociaux, c’est peut-être maintenant…

Se taire est peut-être une bonne idée.

Parfois c’est dans le « monde réel », quand autours de la table familiale, votre grand-oncle ne peut pas s’empêcher de faire profiter tout le monde de ses opinions politiques extrémistes (on en a tou.te.s un)

D’autres fois, c’est sur les internets, où discutailler sur les mauvais sujets ou au mauvais moment peut avoir des répercussions que vous voulez vraiment, vraiment éviter.

Il y a des moments où vous devez réfléchir à vous taire sur les réseaux sociaux.

Les situations d’urgence et les tragédies nationales en font partie. Peu importe ce qui dans le monde fait que votre super promo sur Twitter peut paraître un peu malvenue, il est important d’avoir un plan pour ralentir, et que le moment venu, vous sachiez quoi faire.

Voici ce que vous pouvez préparer pour tout de suite (oui, à l’écriture de cet article nous sommes dans l’un des ces moments) et pour être prêt pour plus tard (on ne sait jamais quand ce genre de truc va nous tomber dessus):

Programmer vos temps morts

Être capable de prédire l’avenir est assez utile. C’est pour cela une Madame Irma, avec sa boule de cristal, à disposition dans l’équipe, et c’est pour cela que les marketeurs préfèrent en majorité planifier leurs publications sur les réseaux sociaux à l’avance.

Partager les mêmes bon vieux liens et promotions que l’on trouve pour toutes les fêtes du calendrier peut sembler un peu déplacé. Devez-vous être silencieux sur les réseaux sociaux juste parce que c’est l’un de ces jours où l’on partage un bon repas avec sa famille et que les bureaux de poste sont fermés? Non. Mais vous n’avez probablement pas grand chose à perdre à montrer un peu de dignité, non plus.

Une chose importante à savoir: où vit votre audience? Si 99% sont hors de France, par exemple, ralentir votre promotion autours du 14 Juillet n’est probablement pas une priorité). Demandez-vous quels jours peuvent être un peu plus sacré pour eux, et essayez de faire ce que vous pouvez pour ne pas faire de promo sur leurs fils d’actualité ces jours là.

Regardez aussi l’étendu de votre plan. Par exemple, vous pouvez décider de mettre en pause votre routine de publication en signe de respect. Qu’en est-il de vos publications? Vous trouverez des opinions divergentes sur la question, choisissez votre camp avant même de devoir faire un choix.

Planifier pour l’inattendu

Aussi difficile qu’il soit d’en parler, quand la tragédie nous tombe dessus, cela devient souvent un sujet de conversation national et instantané.

Et ce n’est souvent pas une conversation qui a besoin d’être interrompue par un lien vers l’un de vos articles de blog. Très souvent, ce sont des moments où le mieux que vous puissiez faire est d’offrir un silence respectueux.

Si vous décidez que la meilleure chose à faire est d’arrêter de publier et que vous utilisez un outil de programmation qui publie automatiquement à certaines heures, ayez un plan de contingence pour l’arrêter.

Ceci signifie peut-être savoir à l’avance:

  • Comment empêcher vos publications de sortir?
  • Qui est en charge de s’occuper de ça?
  • Est-ce que c’est quelque chose que vous pouvez faire depuis un mobile ou seulement depuis un ordinateur?

N’attendez pas d’avoir BESOIN de savoir cela pour comprendre comment ça fonctionne. Le moment venu, vous voudrez être capable de réagir vite, pour ne pas vous retrouver dans une situation délicate au pire moment possible. Ce n’est peut-être pas très agréable d’y penser, mais ce sera moins désagréable quand le moment sera venu de le faire. Alors, autant y être bien préparé.

Rester ferme

Lorsque votre plan est de rester silencieux sur les réseaux sociaux, il faut s’y tenir.

Bien entendu tout cela dépend du contexte. Vouloir apporter un contenu utile à vos abonnés en dehors de toute idée promotionnelle, c’est une chose. Vouloir profiter d’une situation pour mettre en avant votre marque avec une publication impromptue… vous feriez probablement mieux de vous abstenir.

Un jour où la marque Epicurious aurait mieux fait de s’abstenir…
http://www.businessinsider.com/epicurious-boston-bombings-twitter-2013-4

Vous n’avez pas besoin de commenter sur tout ce qu’il se passe dans le monde. C’est quelque chose que l’on oublie facilement, surtout lorsque vous savez très bien que votre audience est à l’écoute et respecte vos opinions! La vérité? Lorsqu’un désastre se présente, vous n’êtes pas obligé d’en avoir une. Du tout. Restez ferme sur votre plan de ne rien dire jusqu’à ce que cela re-devienne approprié. Il n’y a rien d’insensible à garder vos opinions pour vous.

N’attendez pas!

Mettre en place un plan de crise ne prends pas très longtemps, et vous n’avez aucune raison de ne pas en avoir.

Face à cette période trouble qui nous touche actuellement, l’équipe de Boots & Cats recommande à tous ses clients:

  1. Le ralentissement ou arrêt des campagnes de recrutement et de notoriété et l’utilisation éventuelle du budget pour sponsoriser des publications d’intérêt général (type stories DYI, recettes, etc.)
  2. La suppression de toute publication qui encourage ou qui donne l’impression qu’on encourage les gens à sortir de chez eux.
  3. Se positionner en ressource d’inspiration et de conseils pour nos consommateurs qui sont en isolement, sans mettre trop en avant nos produits. Rester sobres, rester humbles.

Et vous, comment avez-vous décidé d’appréhender vos stratégies réseaux sociaux? Aviez-vous déjà un plan en place? N’hésitez pas à partager vos réflexions sur le sujet.

Credit Photo: Kristina Flour

Catégoriser ses articles de blog, un moyen de simplifier la programmation des messages sur les réseaux sociaux?

Catégoriser ses articles de blog, un moyen de simplifier la programmation des messages sur les réseaux sociaux?

Imaginez que vous mangez des pâtes-carbo pour le déjeuner, puis des pâtes-carbo au dîner, et le lendemain, quelqu’un suggère des pâtes-carbo au déjeuner à nouveau… c’est un peu « Grégory, s’te plait, c’est un peu trop de pâtes-carbo… »

C’est un peu ce que ressentent les abonnés à vos réseaux sociaux lorsque vous n’équilibrez pas correctement le type de contenu que vous publiez!

Lorsque vous planifiez vos publications, et particulière lorsque vous utilisez un outil pour les programmer à l’avance, il est important de s’assurer que vous avez une variété de contenus. Sinon, vous donnez à vos fans le sentiment de trop-de-pâtes-carbo.

Comment faire?

Comment maintenir un équilibre sain entre les différents types de contenus pour éviter l’indigestion chez vos abonnés?

En catégorisant les types de contenus que vous partagez!

Catégoriser vos publications par type rends le process du planning/diffusion beaucoup plus facile et voici comment.

Pensez à vos réseaux sociaux comme des Haribos que vous distribuez un à un, et vous ne voulez pas donner tous les crocodiles verts d’un seul coup.

Est-ce que c’est plus simple de s’assurer qu’on offre de la variété si tous ces bonbons sont mélangés dans un grand saladier, ou s’ils sont séparés dans des bols différents, crocodiles d’un côté, bouteilles de coca de l’autre, et que vous puissiez faire tourner?

C’est exactement la manière dont la catégorisation de vos publications fonctionne. Vous triez tout en sous-groupes d’un certain type, et, de cette manière, vous pouvez facilement choisir quel type de contenu publier à quel moment.

C’est ce que font beaucoup de marketers, il faut juste savoir regarder!

Vous voulez voir comment catégoriser vos publications facilitera votre programmation?

Voyons quelques exemples!

Catégoriser vos publications sur les réseaux sociaux

Selon votre régularité de publication sur votre blog, et selon la quantité d’articles evergreen que vous pouvez re-partager, vous pouvez garder tous vos articles de blog dans la même grande catégorie.

Si vous voulez vous assurer que vous gardez la plus grande variété possible, cependant, séparer le contenu de votre blog en différentes catégories peut vous simplifier grandement la vie!

Des catégories comme…

Tutoriels et How-tos

Si vous créez beaucoup de contenu éducationnel pour votre blog, vous aurez peut-être intérêt à le mettre dans sa propre catégorie.

Social Media Examiner est un exemple parfait:

Leur site publie une variété de contenus, dont des articles How to comme celui partagé ci-dessus, et lorsque vous regardez leurs réseaux sociaux, vous vous rendrez compte que ces différents contenus sur bien mélangés.

Vous en verrez donc pas, par exemple, 20 articles how-to différents à la suite.

En coulisses

Montrer ce qui se passe dans les coulisses de votre entreprise est une excellente manière d’humaniser votre image et de créer des moments de partage.

Peut-être montrerez-vous les coulisses de comment l’entreprise fonctionne vraiment:

Ou peut-être que vous utilisez quelque chose que vous avez testé pour un article qui donne des astuces et explique comment faire:

Que ce soit le sujet principal de votre article ou simplement une mise en perspective pour une lesson plus complète, emmener votre audience en coulisses peut se révéler être un bon changement de point de vue, donc en saupoudrer dans votre contenu habituel est une bonne manière de donner un peu de fraîcheur à vos calendriers éditoriaux!

Podcasts et Interviews

Peut-être êtes-vous l’hôte d’un podcast de temps en temps, ou peut-être interviewez-vous d’autres leaders dans votre secteur d’activité.

Quand c’est le cas, donner à ce contenu sa propre catégorie crée de véritables opportunités pour des publication riches en multimédia comme celle-ci:

Quand vous regardez le profil de Pat Flynn sur Twitter, vous constatez qu’il partage beaucoup de liens vers ses podcasts, mais avec une variété dans le look et la fonction des publications.

Certaines, comme celle ci-dessus, ont des extraits audio intégrés, par exemple, d’autres, simplement un graphique très visuel:

Et ce ne sont que QUELQUES manières dont vous pouvez catégoriser le contenu que vous partagez sur les réseaux sociaux!

Séparer vos publications en différentes catégories, en fonction du type de contenus vous facilite la tâche lorsqu’ils s’agit d’avoir cet équilibre parfait. Et votre audience vous dira merci!

Quelles sont VOS manières de catégoriser vos publications sur les réseaux sociaux?

Que vous utilisiez un outil de programmation ou une autre méthode, comment organisez-vous vos publications en catégories?

Vous avez des memes de chats que vous publiez tous les matins?

Ou une catégorie inspiration pour le week-end qui sort tous les samedis?

Partagez quelques unes de vos options préférées dans les commentaire et liez sur les réseaux sociaux où l’on pourra les admirer!

Photo by Dai KE

Quelle taille d’image pour Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram et Pinterest?

Quelle taille d’image pour Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram et Pinterest?

Vous voulez vous assurer que les images que vous partagez sur les réseaux sociaux sont toutes à la bonne taille pour qu’elle ne subissent pas une déformation intempestive?

On vous comprend.

Pourtant, trouver où chaque réseau social liste les tailles recommandées pour leurs images est particulière rébarbatif.

C’est pourquoi nous l’avons fait pour vous!

Considérez cet article votre petit guide de référence pour publier des images sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Pinterest et Instagram.

Et on essaiera de le garder à jour, autant que possible.

Donc, parlons peu parlons bien et venons-en au sujet du jour…

La tailles des images pour Facebook

Lorsque vous collez une URL dans une publication Facebook, celui crée automatiquement une Prévisualisation pour vous.

Nous avons écrit cet article pour faire en sorte que la prévisualisation automatique ressemble à ce que vous voulez.

Celles que vous voyez ressemblent le plus souvent à ça:

Pour générer ce type de lien, l’image que Facebook récupère doit être au moins de 1200 x 630 pixels pour obtenir le meilleur résultat possible sur les supports en haute-résolution.

Techniquement, l’image peut être de 600 x 315 pixels, et elle sera toujours générée telle qu’elle en prévisualisation, mais ce ne sera pas aussi joli.

En tous cas, selon ce que dit Facebook.

Si votre image fait moins que 600 x 315 pixels, il génèrera une image thumbnail comme celle-ci:

Et c’est très bien aussi! Tout dépend de ce que vous recherchez.

Ceci couvre les images de prévisualisation, mais qu’en est-il des photos directement liées à une publication?

Dans le Fil d’Actualité de Facebook, les images font toujours 470 pixels de large, qu’elles aient besoin de s’étirer ou de se rétrécir.

La taille recommandée au téléchargement, pour que votre image rende le mieux possible, sans distortion est de 1200 x 630 pixels. La hauteur maximum d’une photo sur Facebook est de 1800 pixels et Facebook découpera ou réduira votre image si vous dépassez cette limite.

C’est un peu différent pour les stories Facebook. Elles nécessitent un visuel au format portrait puisqu’elles peuvent prendre tout l’écran. La taille recommandée est de 1080 x 1920 pixels, ou un ration de 9:16.

Les dimensions d’images sur Twitter

La version d’une prévisualisation chez Twitter s’appelle une Twitter Card, et elle demande un petit peu plus d’effort.

Mais vous le valez bien.

Il vous faudra environ 15 minutes pour les mettre en place sur votre site web, mais ce sera fait une bonne fois pour toutes.

Il existe cependant plusieurs version de Twitter Cards.

Tout d’abord, il y a celle avec une grande image, comme ceci:

Si vous voulez que votre Twitter Card ressemble à ça, votre image doit répondre aux specifications suivantes:

  • Minimum 300 x 157 pixels
  • Maximum 4096 x 4096 pixels
  • Moins de 5Mb
  • JPG, PNG, WEBP ou GIF (en cas de GIF seul la première image sera visible)
  • Un ratio de 2:1 (si les autres éléments sont ok, Twitter découpera automatiquement l’image à ce ratio).

Twitter accepte aussi les plus petites Twitter Cards, qui ressemblent à ça:

Pour générer une carte de cette dimension, votre image doit avoir un ratio de 1:1, et peut descendre jusqu’à 144 x 144 pixels.

Vous trouverez plus d’information sur comment mettre en place ces cartes ici.

Lorsque l’on parle simplement de publier des images, les choses fonctionnent un peu différemment.

Les images apparaissent à une format de 506 pixels de large sur Twitter. Si votre image est plus petite que ça, Twitter rajoutera du blanc à sa droite. Pour une meilleure qualité de rendu, vous pouvez télécharger des images de plus de 506 pixels de large si vous le souhaitez.

Ça ressemble à ça:

Le ratio recommandé sur Twitter est 16:9 et la taille recommandée est de 1024 x 512 pixels.

La taille des images sur LinkedIn

LinkedIn traite les images un peu différemment de Facebook et Twitter, sinon, ce serait bien trop facile…

Selon LinkedIn, si vous publiez un lien avec une image, le ratio idéal est de 1.91:1 avec une taille idéale de 1200×627 pixels. Si votre image est plus petite que 200 pixels, elle apparaitra en miniature sur le côté gauche de la publication.

Cependant, si vous partagez une images sans lien, l’image sera agrandie pour rentrer dans le fil d’actualité avec des bandes blanches sur les côtés si besoin. Pour ces publications, il est recommandé d’utiliser une image de 1200×628 pixels.

La taille des images sur Instagram

Fut un temps, Instagram ne voulait que des photos carrées, mais les choses ont changé. Vous avez maintenant trois options de taille pour vos images sur Instagram.

Au global, Instagram supporte les vidéos et les images qui ont une largeur entre 320 et 1080 pixels. Donc, si votre image fait moins de 320 pixels de large, Instagram va la grossir pour la faire rentrer dans son flux, de même, si elle fait plus de 1080 pixels, Instagram la réduira.

Maintenant, pour commencer, le format original, carré des images sur Instragram avant un ratio de 1:1 et une taille recommandée de 1080×1080 pixels. Instagram compressera les images pour qu’elles passent sur mobile Ce qui signifie que vous devez vous assurer que la résolution de vos images est suffisante pour que leur qualité ne soit pas impactée lorsqu’Instagram va les compresser.

En 2015, Instagram a commencé à autoriser les images aux formats portrait ou paysage. Pour les paysages (ou horizontal), Instagram recommande un ratio de 1,91:1 et nous vous recommandons de travailler avec des images de 1080 pixels de haut minimum.

Pour les portraits (ou vertical), vous voulez un ratio de 4:5 (Instagram découpera tout ce qui dépasse) et nous recommandons un largeur minimum de 1080 pixels.

Enfin, qu’en est-il des stories? Vous avez un peu plus d’espace de créativité avec les stories car Instagram vous laisse les grossir ou les ajuster directement dans la story. Ceci étant dit, il est de bonne pratique d’avoir un ratio minium de 1,91:1 et maximum de 9:16. Si vous préférez que la photo sur votre story prenne tout l’écran, nous recommandons un ratio de 9:16 et une image de 1080×1920 pixels.

Pinterest

Pinterest est probablement le réseau social le plus différent lorsqu’il s’agit de taille d’images. Si toutes les autres plateformes donnent la priorité à des ratio horizontaux, chez Pinterest, c’est le vertical avant tout!

Pinterest recommande un ration de 2:3 pour chaque pin. Si votre ration est plus grand que 2:3, l’image risque d’être coupée pour rentrer dans le flux. Pour garantir le meilleur résultat possible, essayez d’utiliser des images qui font 1000×1500 pixels. Si vous pouvez ajuster la taille, il est cependant recommandé de garder une largeur d’image entre 600 et 735 pixels.

Et voilà!

Oui, il reste quelques questions en suspens comme les GIFs, les publication d’albums, le mobile, etc. Mais cet article était sensé être rapide et facile!

Vous avez des tuyaux pour optimiser les images pour vos réseaux sociaux?

Dites-nous tout dans les commentaires!

Photo by William Bayreuther

Variations sur un même tweet: 5 manières simples de les créer

Variations sur un même tweet: 5 manières simples de les créer

Lorsque Twitter a annoncé, fin Mars 2018, qu’il se positionnait résolument contre le recyclage des tweets et de l’utilisation d’une même publication plus d’une fois, cela a causé un beau capharnaüm.

Par le passé, cette pratique n’était problématique qu’en cas de spamming, mais Twitter a été très clair: le contenu dupliqué n’est plus le bienvenu sur son réseau.

Selon leurs propres termes?

« Vous ne devez pas publier du contenu dupliqué ou des tweets substantiellement similaires sur un compte ou sur plusieurs comptes que vous opérez. »

Quand vous avez quelque chose que vous voulez partager plus d’une fois cependant, comme un article de blog, ceci impose des limites précises.

En clair, que vous ne pouvez pas écrire un Tweet et l’utiliser à l’identique encore et encore.

Cela soulève aussi une grande question:

Que sont des Tweets « substantiellement similaires », et comment les éviter?

À quel point deux Tweets doivent-elles être différentes pour que ce soit considéré suffisant?

Bien entendu, Twitter n’a pas été spécifique à ce sujet. Laisser cela à l’interprétation de chacun signifie que Twitter comme ses utilisateurs doivent se faire leur propre opinion pour savoir s’il y a suffisamment de différences d’une Tweet à l’autre.

Simplement changer un point par un point d’exclamation est peut-être un peu chercher les ennuis, mais c’est à vous de décider si cette approche minimaliste en vaut la peine.

Mais comment jouer la sécurité alors?

Que faire si vous avez beaucoup de contenu que vous voulez partager et re-partager, et que vous voulez vous assurer que vous Tweet sont substantiellement différentes les unes des autres sans avoir besoin de réinventer la roue à chaque fois?

Écrire des Tweets uniques pour faire la promotion de votre contenu n’a pas besoin de demander beaucoup de temps et d’effort.

En fait, il y a une série de manière rapides et faciles de le faire!

C’est pourquoi aujourd’hui on regarde les méthodes simples que vous pouvez utiliser pour écrire des variations de vos Tweets. Des méthodes que d’autres marques utilisent déjà lorsqu’elles font la promo de leur contenu plus d’une fois!

Et on commence par la manière la plus simple de le faire:

Rephrasez ce que vous dites

Cette solution est tellement simple, que l’on se sent presque mal de l’inclure.

Presque.

Mais quand vous êtes pressés et avez besoin de sortir quelques variations sur la même Tweets, un simple rephrasé de ce que vous avez écrit précédemment peut vraiment suffire!

Regardez ces exemples de Darren Rowse de Problogger:

Ces Tweets font la promotion de même contenu et disent virtuellement la même chose, avec juste un peu de différence de vocabulaire entre les deux.

Vous faites probablement déjà ces rephrases tous les jours sans même y penser.

Quand vous racontez la même histoire à deux groupes de personnes, par exemple, elle ne sonne pas toujours exactement pareil!

Ce n’est pas compliqué, mais ça fait le boulot. Si vous voulez vous montrer un peu plus créatifs, cependant, la prochaine méthode devrait vous plaire:

Changez vos médias

Ajouter des médias comme des images, des GIFS et des liens visuels à vos Tweets a fait ses preuves en termes de création d’engagement depuis des années. Et des années. Et des années.

En plus de cela, changer le média que vous partager peut servir à différencier vos Tweets l’une de l’autre ; surtout quand il s’agit de la quantité d’information et de context que vous allez donner à votre audience!

Même si vous devriez toujours changer votre texte lorsque vous créez des Tweets avec des médias différents, varier le type de média associé change la quantité d’information disponible pour votre audience, ce qui simplifie votre tache quand il s’agit d’imaginer le contenu qui va aller avec chacune d’entre elles. Pensez votre texte en fonction du média qu’il informe et, pensez à la manière dont il amène le contenu que vous lui liez.

Citez-vous

Le contenu que vous partagez est plein d’information utiles, alors pourquoi ne pas sélectionner vos meilleurs moments et les transformer en quelques Tweets rapides?

Choisissez certaines de vos meilleures citations sur les contenus que vous écrivez et copiez/collez les dans une publication!

Cela n’a même pas besoin d’être des citations qui viennent uniquement de vous. Voici un exemple de BuzzFeed News:

Comme on l’a vu avec ProBlogger ci-dessus, ces deux Tweets partagent le même message, simplement exprimé de manière différentes. Et, dans ce cas là, ces variations viennent de deux citations directes.

Le contenu que vous partagez n’est pas simplement une ressource pour votre audience. C’est une ressource pour vous aussi! Plongez-vous dans ce que vous avez déjà écrit et extrayez-en vos morceaux choisis pour donner à votre audience un avant-goût de ce qu’il vont y trouver.

Laissez-vous aller à un peu de mystère

Avec son nombre de caractères limité, Twitter is déjà un réseau social qui vous oblige à choisir vos mots avec soin.

De plus, considérant l’importance de s’assurer que les gens font confiance aux liens que vous partagez, il est préférable de s’assurer que chaque mot est utilisé à bon escient.

Lorsque vous imaginez quelques variations rapides sur un même Tweet, essayez de varier le niveau de spécificité que vous proposez.

Jusqu’où votre Tweet va-t-elle vraiment? Est-ce qu’une personne peut comprendre l’essentiel d’un article sans avoir besoin de cliquer sur le lien? Est-ce que cela crée de l’intérêt sans en donner tous les détails?

Voici un exemple de Vox:

Le Tweet de gauche est plus spécifique, jusqu’à inclure une citation de l’article. Celui de droite est plus vague, et fait référence à la thématique générale de l’article plutôt qu’à ses anecdotes.

Voici un autre exemple de Vox:

Le Tweet de gauche indique la fonction de la scène décrite dans l’article, alors que celui de droite est beaucoup plus vague, indiquant seulement que c’est quelque chose que les lecteurs voudront voir eux-même.

C’est une différence subtile, mais tout comme l’objet de vos emails, cela peut vraiment influer sur la curiosité de votre audience!

Sans compter que cela rend vos Tweets substantiellement différentes… ce qui était l’objectif dès le départ, non?

Mettez l’accent sur des détails différents

Les articles que vous écrivez contiennent probablement plus d’un point.

Voyons Vox une dernière fois pour comprendre ce que l’on entend par là:

Chacune de ces tweets met l’accent sur un point différent de l’article dont Vox fait la promotion. Celui de gauche parle de la longévité de la franchise, alors que l’autre parle d’un moment particulier de son histoire.

Voici un autre exemple de BuzzFeed News:

La Tweet de gauche parle de la variété de changements décrits dans l’article, alors que celle de droite se concentre sur un seul changement, et sur la méthode utilisée pour l’implémenter.

Lorsque vous utilisez différentes Tweets pour vous concentrer sur différentes parties d’un même article, comme le font ces exemples, vous pouvez facilement compiler une bonne série de variantes!

Vous avez un truc préféré pour produire des variantes?

Lorsque vous faites la promotion de vos propres articles, quels sont les raccourcis que vous utilisez pour créer rapidement un lot de Tweets?

Est-ce que vous ne jurez que par votre collection de GIF?

Êtes-vous passé maître dans l’art d’extraire des citations?

Vous avez vu une série de nos stratégies préférées, à vous de partager les votre dans les commentaires ci-dessous!

Photo by Kon Karampelas